Ces petites choses qui énervent les Maliens

Journée de salubrité ou défilé de mode de dignitaires ? Matinée d’investissement humain ou d’exhibition républicaine ? En tout cas, dans la course aux bonnes grâces, les initiatives intéressées vont du Sublime au Burlesque. A-t-on idée à quel point toutes ces processions affligeantes provoquent chez le Malien amertume et indignation ?

 ibrahim boubacar keita ibk president malien Journee salubrite

À l’initiative de l’Union Malienne, Rassemblement démocratique africain (UM-Rda), parti de l’indépendance et de la restauration de la dignité malienne s’est tenue dimanche dernier une matinée inédite sur l’Avenue Modibo Keïta.
Était là toute l’élite dirigeante de notre pays : le président IBK, le Premier ministre Modibo Keita, une bonne dizaine de ministres, le directeur de cabinet du président, le secrétaire général de la présidence, le Maire du District, plusieurs autres dignitaires de la République. Mais la question, la bonne, c’est pourquoi y étaient tous ?
Pour rendre hommage au Père de l’indépendance, à travers l’inauguration d’une statue à son effigie ? Pour une Matinée d’investissement humain en vue de rendre propre l’avenue Modibo Keïta ? Il s’agissait, à en croire aux dires des organisateurs de la cérémonie officielle, de la réhabilitation de l’Avenue. Cérémonie articulée en deux phases : inauguration du buste de l’illustre personnage et matinée d’assainissement.
Qu’a-t-on vu en fait de salubrité ? Un gros « salut-bruité », pardon une longue file indienne de dignitaires endimanche en bande joyeuse, en grands boubous (ou en jogging) avec de longs balais… Pourquoi ? Pour la caméra ! Rien que pour ça ! Aucun, ni le président ni les dignitaires, en nombre impressionnant, n’ont été vus donnant le moindre coup de balai, ramassant la moindre ordure. Nous sommes loin de Kigali où Kagamé et ses ministres relèvent les manches, portent les bottes et nettoient comme n’importe quel rwandais. Devoir citoyen oblige !
Pour l’exemple, c’est le pire qu’on puisse donner dans une ville sale et nauséabonde, à l’image de notre capitale.
Quel message veut-on donner à cette population et à cette jeunesse, si, pour une matinée de salubrité inspirée de l’investissement humain, on fait balader et trimballer le président de la République sur 2kms et qu’on aligne tout ce que la République compte comme dignitaires minus de longs balais sans que personne ne daigne remuer la moindre poussière ?
Non, messieurs, ce n’est pas ce que le président Modibo et son parti US-RDA auraient appelé « investissement humain ». Non, messieurs, au temps de l’US-Rda, le président Modibo et ses camarades ne se seraient jamais ainsi exhibés devant le peuple sans se salir les mains, au sens noble et patriotique du terme.
Quand on caresse l’histoire et qu’on veut réhabiliter les héros à travers des images fortes, on ne le fait pas dans le folklore et le burlesque. À quoi ça sert de divertir le président d’un pays en crise pour le faire balader inutilement dans une matinée dite de salubrité sans qu’il ne donne un seul coup de balai ? À quoi bon d’organiser un défilé de mode de dignitaires si le coût de leurs longs balais peut servir à équiper des jeunes et femmes soucieux de leur cadre de vie ?
Les Maliens auraient aimé, aiment voir leur président la main dans la patte et dans des cérémonies fastidieuses, mais pas des défilés qui provoquent plus la colère qu’une communion sincère et réelle avec les populations.
Quel contraste avec les images de la veille, samedi dernier : le président sur un tracteur donnant le coup d’envoi de la campagne agricole !
Il est de l’intérêt à tous de revoir le casting républicain. Les Maliens aiment bien leur président ; mais ils ne veulent sûrement pas le voir tremper dans toutes les sauces, trimbaler à tout vent.
Chaque sortie, chaque pas, chaque mot, chaque image… d’un Chef d’État est un message. Et, aujourd’hui les Maliens ont besoin plus que tout autre de messages forts, non de banales et révoltantes images.
Alors arrêtons d’énerver les Maliens, arrêtons de se servir d’IBK, arrêtons de trimbaler IBK, si on veut aider le Mali et le président IBK, à relever les défis auxquels nous faisons face.

PAR SAMBI TOURÉ

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *