Bamako : BEAUCOUP D’EAU, MAIS PAS DE DEBORDEMENT

La capitale a été bien arrosée par le ciel, hier matin. Selon les services météorologiques, la ville a reçu 42 mm de pluie. La grande quantité d’eau qui s’est abattue sur la capitale a réveillé les risques d’inondation. Mais il y a eu, semble-t-il, plus de peur que de mal. Notre équipe de reportage a fait un tour dans certaines zones à risque et n’a constaté aucun débordement significatif des eaux. De Bougouba à Lafiabougou en passant par Sotuba et Banconi.

 

niger pluie diluvienne inondation
L’on se rappelle qu’un mercredi du mois d’août 2013, une forte pluie avait été accompagnée de graves inondations qui avaient fait des dizaines de morts et d’importants dégâts matériels dans ces quartiers.
Depuis, des mesures ont été prises par les autorités pour prévenir un semblable sinistre. Hier, à Lafiabougou, en Commune IV, non loin de la place CAN, l’eau s’écoulait paisiblement dans le grand collecteur tandis qu’à Taliko, autre quartier à risque, le déferlement des eaux venant de la colline était contenu dans les passages normaux.
A quelques mètres du rond pont de Banconi, à l’autre bout de la ville, nous avons pu observer quelques caniveaux déborder tandis qu’à Foulabougou, près du marigot, à côté du centre d’état civil, la chaussée avait disparu sous les eaux.
A Bougouba, quartier particulièrement exposé du fait de l’absence totale de canalisation alors que la zone est marécageuse, les rues étaient boueuses, sans être impraticables. Au passage de notre équipe de reportage, la population était partagée entre soulagement et inquiétude certains faisant remarquer que parfois, bien après la pluie, des eaux venant de très loin pour se déverser dans le fleuve, déferlaient sur le quartier
Dans l’ensemble, malgré la forte pluie, la circulation n’était pas interrompue. Automobilistes, cyclistes et piétons vaquaient à leurs affaires. Certes les pieds dans l’eau.
Si le constat d’hier est réconfortant, la vigilance doit rester de mise car l’hivernage ne fait que commencer à s’installer véritablement.

S. TANGARA

source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.