2e concertations des acteurs et de l’assainissement : L’Etat systématise la liquidation des Gie au profit d’Ozone

Avec l’arrivée d’Ozone- Mali qui a désormais en charge l’assainissement de la capitale, les petits Gie sont menacés de mettre la clé sous la porte.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Mohamed Ag Erlaf, en présence de plusieurs partenaires techniques et financiers.

Au cours des échanges, un problème épineux a été soulevé, il s’agit de l’incompréhension qui demeure entre deux organismes en charge de l’assainissement de la ville de Bamako : Gie (groupement d’intérêt économique) et Ozone-Mali, une incompréhension qui s’est finalement transformée en bras de fer. Chacun veut  s’accaparer la part belle du gâteau. L’Etat qui doit établir l’ordre et impartir le rôle de chacun, tente de systématiser la liquidation des Gie au profit d’Ozone-Mali.

Depuis le démarrage  des activités d’Ozone-Mali, les Gie ont entamé un pourparler avec eux pour voir comment les Gie peuvent intégrer le nouveau système d’assainissement de la ville de Bamako. Mais, les nombreuses rencontres ont accouché d’une souris. Ozone-Mali est dans la dynamique de recruter quelques responsables des Gie et envoyer les autres travailleurs dans la poubelle. Les Gie estiment qu’ozone-Mali doit bâtir un système de collaboration entre eux et Ozone-Mali, mais cette dernière ne consent pas et pense être dans le dispositif d’intégrer physiquement des travailleurs des Gie en son sein, alors que les Gie veulent intégrer en tant qu’entreprises avec un statut moral, ayant un contrat de prestation.

Pendant plus de vingt ans la mission des Gie consistait à organiser le système de ramassage des ordures de ménage, des concessions vers le dépôt de transit. Ils souhaitent qu’ozone signe le même type de contrat avec eux car ils avaient ces genres de contrats avec les maires des six communes du district de Bamako. C’est en tout cas ce que veut le président des Gie Bahamadou Sidibé.

Mahamadou Mahamoudou

Réagir

source : Le Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.