Université malienne : Tout sauf le sérieux !

Les étudiants maliens souffrent pour rentrer dans leurs droits au niveau de leurs administrations respectives. Les administrateurs, notamment de la FLSL ne sont pas du tout affables envers les étudiants. Selon certains étudiants agacés et exaspérés, voire épuisés sur tous les plans par certains de leurs administrateurs, particulièrement les secrétaires de la FLSL de Bamako. Où est donc le sérieux ?

faculte science juridique politique fsjp universite

En effet, un étudiant en colère devant le post-room, c’est-à-dire le bureau dans lequel les étudiants font le retrait de leurs attestations et relevés de notes d’examens, nous révèle : «L’administration de l’Université de Bamako ne travaille pas comme il faut.

Raison pour laquelle il y a toujours des défaillances à leur niveau». Selon Abdoulaye Diarra, un étudiant de la FLSL, les raisons sont énormes. Il s’agit, entre autres, du manque de coordination, de la déstructuration de l’administration et du refus catégorique des secrétaires de faire correctement leur travail.

Dans tout ça, ce qui est écœurant, c’est qu’au niveau du post-room, quand nous nous sommes rendus à la FLSL pour constater les faits, du coup nous avons constaté que la situation est alarmante, car nous avons tout de suite vu une longue file d’attente devant le bureau de retrait des attestations.

Interrogé, un étudiant du nom de Daouda Samaké, nous dit son amertume face à la situation : «Il y a 6 mois que j’ai fait ma demande d’attestation pour passer un concours, mais jusqu’ici, je n’ai pas eu gain de cause. Or, je tenais à postuler à ce concours important, mais la lenteur des travaux confiés aux secrétaires et aux agents de post-room m’en a empêché, faute d’attestation».

À en croire Moussa Diallo de la section sociologie de la FSHE, il y a plusieurs cas de ce genre. Il a profité pour lancer un vibrant appel aux autorités maliennes, notamment à celles du département en charge de l’éducation supérieure, à venir en aide aux étudiants afin qu’ils sortent de l’ornière. Car, les étudiants constituent la relève de demain.

 

Ousmane DIAKITE 

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.