Pr Abdoulaye Diarra , Recteur de l’USJP : « Je veux que les produits de mon université soient respectés »

Le Recteur de l’Université des Sciences Juridiques et Politiques (USJP), Pr Abdoulaye Diarra , s’est engagé dans un vaste programme visant à assainir l’espace universitaire des mauvaises pratiques.

 

Abdoulaye Diarra Recteur usjpb diplome autorisation delivrance

Après sa nomination à la tête du Rectorat de l’USJP, Pr Abdoulaye Diarra a souligné, au cours d’un entretien accordé lundi dernier le 4 mars à votre serviteur, qu’il a décidé de travailler avec trois principes : la légalité, l’égalité et la transparence.

 

 

« Tout ce que je vais poser comme acte ici sera conforme à la réglementation en vigueur. Tout sera conforme à la loi », a-t-il expliqué. L’égalité de tous les étudiants signifie pour le recteur Abdoulaye Diarra la possibilité de donner les mêmes chances à toutes les filles et les fils de ce pays. La politique de transparence prônée vise, dit-il, à faire en sorte que toutes les actions soient connues du public.

 

 

C’est au niveau de la faculté du droit Privé que Pr Abdoulaye Diarra s’est illustré à travers des mesures drastiques visant à assainir l’espace universitaire de très mauvaises pratiques. Suite à la proclamation des résultats provisoires, le Recteur et ses services techniques ont décelé de grands écarts entre les chiffres du Rectorat et la Faculté. Il a été découvert que plus de 1000 étudiants non-inscrits ont composé. Pr Diarra apporte des éclairages : « Dans cette faculté, il y a des étudiants exclus qui ont composé. Dans cette faculté, il y a des non-inscrits qui ont composé. Dans cette faculté, il y a des étudiants de la 3ème année qui ont composé en 4ème année. Dans cette faculté, il y a des étudiants de la 2ème année qui ont composé en 3ème année…. »

 

 

Le patron de l’USJP a pris de sanctions. Le chef de la scolarité et l’informaticien de la fac du droit privé ont été relevés de leurs postes respectifs. N’ayant pas les pouvoirs de relever les doyens, le processus d’élection a été déclenché conformément aux textes en vigueur. Les deux facultés viennent d’élire leurs doyens. Ainsi, à la faculté de droit privé, c’est Daouda Sacko et Kissima Gakou qui ont été élus respectivement doyen et vice-doyen. Pr Bacary Camara et Daouda Koné sont les nouveaux doyen et vice-doyen de la faculté de droit public.

 

 

Dans un souci de transparence, Pr Abdoulaye Diarra a donné des explications claires à tous les partenaires notamment l’AEEM dont les responsables après quelques mouvements de grève ont compris le sens de ce combat. « Avec l’Aeem, la compréhension est revenue. Quand les explications sont claires, ils comprennent », a-t-il déclaré.

 

 

Pour prouver son esprit d’ouverture, Pr Diarra a prolongé d’un mois les inscriptions des étudiants. Le Recteur de la FSJP a remercié le ministre de l’Enseignement supérieur qui l’a soutenu pendant cette période délicate.

 

 

Au niveau de l’université dont il a la charge, Pr Abdoulaye Diarra qui adhère au discours de renaissance des plus hautes autorités du pays, veut inverser la situation en instaurant un changement radical. « Les produits de nos universités ne sont pas consommables. Je veux inverser cela. Je veux que les produits qui sortent de mon université soient respectés aux plan national et sous-régional. Je suis là pour les étudiants. Je ne suis contre personne. », a-t-il affirmé. Il rappelle avec une aire nostalgique les années où les sortants de l’Ensup ou de l’Ensec partaient former les cadres gabonais et autres. Mais aujourd’hui, ce sont les ressortissants de ces pays qui encadrent les maliens en doctorat.

CD

 

Lire aussi sur  www.lechallenger.com / en partenariat avec Maliweb.net

 

 

SOURCE: Le Challenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *