Nioro du Sahel : COMMENT AMELIORER LES INDICATEURS DE LA SCOLARISATION DES FILLES ?

Pour  encourager la scolarisation des filles, le Mali a adhéré à l’initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEL) lancée en avril 2000 lors du forum mondial sur l’éducation à Dakar.

jeunes enfants filles recoivent cadeau cahier ecole
C’est dans la même  dynamique que l’Académie d’enseignement de Nioro du Sahel sur instruction du ministère de l’Education nationale,  a organisé la semaine dernière, une journée de sensibilisation à l’intention des élus, des chefs traditionnels, des leaders religieux et autres leaders d’opinion, des responsables des syndicats d’enseignants, des représentants de la société civile, des partenaires de l’école.
L’objectif de cette journée de sensibilisation était de mobiliser  tous ces acteurs locaux autour de la scolarisation des filles dans l’Académie d’enseignement de Nioro du Sahel  dont la compétence couvre les cercles de Diéma et Nioro afin d’améliorer les principaux indicateurs en matière de scolarisation des filles.
Sous la présidence  du préfet de Nioro Amadou Sékou Dénon, la rencontre  a traité des sujets relatifs à la situation de la scolarisation des filles dans l’Académie d’enseignement à travers les indicateurs  sur la période 2010-2014 au niveau de l’enseignement fondamental.  D’autres aspects traités ont porté sur les obstacles liés à la scolarisation des filles, aux avantages de la scolarisation de la fille pour elle-même, pour sa famille et pour sa communauté, aux différentes stratégies à mettre en œuvre pour l’amélioration de la scolarisation des filles etc…
Dans son discours d’ouverture des travaux, la directrice de l’Académie d’enseignement de Nioro du Sahel, Mme Diakité Aminata Guittèye a signalé que la scolarisation des filles constitue un sérieux problème dans  les communes de Koréra Koré, Gavinané, Diaye Coura, Simby, Diabigué (dans le Cercle de Nioro du Sahel), Grouméra, Sansankidé, Gomitradougou, Lakamané et Dianguirdé (dans le Cercle Diéma). Cela,  à cause des pratiques traditionnelles. D’où la  pertinence de cette journée qui visait à favoriser une prise de conscience dans le  sens d’un changement de comportement.

M. DIAKITE
Amap-Nioro du Sahel

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *