Examens de fin d’année scolaire 2014/ 2015 : LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION EST SCRUPULEUSEMENT APPLIQUÉ

Le ministère de l’Education a inlassablement remis l’ouvrage sur le métier afin de prévenir les dégâts causés par la fraude

ecole education classe eleve etudiant surveillant sujets baccalaureat bac def examens resultats

Le mois de juin est traditionnellement celui des examens de fin d’année scolaire chez nous. Ceux de l’année scolaire 2014/ 2015 débuteront, dès la semaine prochaine, par le Certificat d’aptitude professionnelle couramment appelé CAP. Les épreuves qui se dérouleront du 1er au 05 juin coïncideront partiellement en partie avec celles du Diplôme d’études fondamentales (DEF) prévues du 03 au 05 juin. La semaine suivante, les examens du Brevet de technicien, 1ère et 2ème parties, toutes séries confondues, commenceront le 09 juin pour s’achever le 13. Trois jours seulement après, les candidats aux Baccalauréats (général et technique) plancheront sur leurs sujets du 17 au 20 juin, en conformité avec la période unique du Bac instituée par l’UEMOA. Les candidats au Baccalauréat technique se sont déjà soumis aux épreuves anticipées dès le 11 et 12 Mai dernier.
En prélude à cette période très mouvementée et surtout porteuse de toutes les suspicions, le ministre de l’Education nationale et ses collaborateurs ont multiplié les rencontres pour une mise au point de toutes les différentes étapes des examens. A cet effet, une rencontre avec tous les gouverneurs de Régions et du District de Bamako s’est tenue le 15 mai dernier. Au cours des échanges, un accent particulier a été mis sur le volet de la sécurisation des centres d’examen. L’implication effective des gouverneurs de Région est indispensable. Ces derniers peuvent appuyer (en moyens logistiques par exemple) les structures déconcentrées de l’Education afin que celles-ci puissent accomplir avec succès leurs missions. Cette réunion avec les plus hautes autorités régionales faisait suite à une série de rencontres organisées avec les représentants du ministère de la Sécurité et de la Protection civile.
Auparavant des missions de sensibilisation avaient été effectuées au Centre national des examens et concours de l’Education et dans les académies d’enseignement de Bamako, Kati, Koutiala, San, Ségou, Dioïla, Bougouni, Nioro du Sahel, Kayes et Kita. C’était pour faire le point de la situation de l’année scolaire et donner des orientations sur la préparation des examens. L’accent a été notamment mis sur l’implication de tous les acteurs et partenaires dans la lutte contre la fraude, avant, pendant et après le déroulement des épreuves.
Comme pour dire qu’il n’y jamais trop de précautions à prendre, le directeur du Centre national des examens et concours de l’éducation, Mohamed Maïga et ses collaborateurs ont pour la préparation des confidentiels du DEF choisi des hommes et des femmes d’une intégrité au-dessus de tout soupçon. En outre, des instructions fermes seront données aux présidentes et aux présidents de centres d’examen par les directeurs d’Académie et les directeurs de CAP, cela en vue de pallier tout laxisme. Des recommandations fortes seront aussi adressées aux surveillants ainsi qu’aux forces de sécurité pour qu’ils observent le respect strict de la réglementation en vigueur.
Les épreuves du Certificat d’aptitude professionnelle, (Tertiaire et Industrie) par lesquelles les examens démarrent cette année se dérouleront dans 52 centres à travers le pays et mettront aux prises 22 485 candidats inscris contre 19 687 concurrents en 2014. Soit une augmentation de 14,21% cette année. Il y a dans ce lot 15 326 garçons et 7 159 filles parmi lesquels 592 candidats libres.

C. DIAWARA

UNE ATTENTION PARTICULIÈRE POUR LES ENFANTS RÉFUGIÉS

Le département de l’Education n’a pas oublié les élèves déplacés du fait de la situation de conflit que connaissent certaines zones de notre pays. Ainsi, les examens du DEF et de Bac seront organisés à Bassikounou pour les candidats réfugiés en République Islamique de Mauritanie, aux mêmes dates que les candidats de l’intérieur, c’est à dire du 03 au 05 juin pour le DEF et du 17 au 20 juin pour le Bac. Cet aménagement est obtenu grâce à la collaboration des autorités mauritaniennes et des partenaires de l’UNICEF.
Les visites de terrain faites par le ministre de l’Education nationale sont donc à saluer, car elles prouvent toute l’importance que les hautes autorités accordent aux examens nationaux. Elles ont permis aussi de revoir le choix de certains centres qui ne répondaient pas aux normes.

C.D.

source : L ‘ Essor
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.