Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique : Me Moungata Tall sur la rampe de l’Echec

Le nouveau ministre de l’Enseignement Supérieure et de la Recherche Scientifique, Me Mountaga Tall, non moins Président du CNID Faso Yiriwa Ton sera-t-il la plaie du gouvernement Moussa Mara ? Tout porte à le croire !

mountaga tall cnid faso ministre enseignement superieur recherche scientifique

En tous les cas, bien avant la formation du gouvernement Moussa Mara, un opérateur économique malien, El Hadj Bazouma Fofana avait alerté les autorités actuelles, à travers les colonnes du journal sur le risque que le Mali courait si Me Mountaga Tall arrivait à se faire élire Président de la République : «Comment peut-on comprendre le Comportement des gens comme Me Tall qui cherche la confiance du peuple malien en tant que candidat aux élections présidentielles de ce pays (…) Il ne cherche pas le pouvoir pour l’amour du pays et du peuple, le développement et l’amour de ses prochains, mais pour avoir seulement un titre d’ancien candidat aux élections présidentielles ou être député et placer ses partisans dans les postes clés des différents services pour voler et brigander les gens».
Maintenant, la question qui se pose est de savoir si Me Tall réussira à relever les défis qui l’attendent au Département de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Le ministre-Président de parti va-t-il faire du népotisme son mode opératoire ? Ce qui est sûr, l’enseignement supérieur est l’un des Départements ministériels juteux de ce Gouvernement. Le ministre Tall va-t-il s’attacher aux principes sacro-saints du patriotisme et de la bonne gouvernance ?

L’opérateur Economique El Hadj Bazoumana Fofana quant à lui, pense que Me Mountaga Tall n’est pas un ticket gagnant-donc incompétent à relever les défis de l’enseignement supérieur. Cela est d’autant plausible que El hadji Bazoumana Fofana garde de mauvais souvenirs de Me Tall dans une affaire foncière qui les oppose à présent à la Cité du Niger. Nous reproduisons ici le même passe paru dans notre livraison 201, une contribution de El Hadj Bazoumana Fofana : « (…) Comme je n’arrive pas à voir son beau frère au Mali, sept ans après en 2003 que j’ai rencontré Me Tall à Washington au cours d’un voyage avec le Président de la République. Nous avons longuement parlé de cette affaire en présence de mon fils et du ministre N’Diaye Bah qui sont témoins de cet entretien.

Me Tall m’a promis que dès notre retour à Bamako, il va s’en occuper. N’Diaye Bah m’a même rassuré que tout ce qu’il a dit il va le respecter. J’ai évoqué aussi le même problème au Président de la République Amadou Toumani TOURE qui m’a dit de le contacter dès mon retour à Bamako.

Arrivé, j’ai tout fait mais je n’ai pas pu voir ni Tall ni le Président ATT. Je me doutais s’ils ne sont pas ensemble sur cette affaire. Au cours d’un voyage en Chine, quelqu’un m’a dit qu’ils sont en train de chercher un acheteur pour mon terrain. Dès mon retour, j’ai vérifié et j’ai trouvé que c’était réelle et c’est par tricherie et vol que Tapo, ministre de la justice, garde des sceaux à l’époque, avocat de la Banque, par abus et trafic d’influence a encouragé et poussé la banque BCS SA, Sadibou Cissé, Me Tall, Babou Yara et son avocat Moussa Doumbia qui ont  pris frauduleusement, en complicité avec Mme Cissé Safi Diawara des Services des Domaines, transféré mon titre foncier, au nom de Sadibou et vendre à Babou Yara le même jour (07/10/2002) à 150. 000. 000 F.CFA sans payer les droits d’enregistrement et de mutation par fraude».

En somme, El Hadj Bouzoumana Fofana regrette que de tels cadres soient nommés ministres à la tête d’un Département aussi important que l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique.

Samakoro KONE

SOURCE: Le Progrès

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *