DEF 2016 : Chapeau au ministre Togo

Démarré, dans le calme le lundi dernier, le DEF, (Diplôme d’Études fondamentales) s’achève aujourd’hui dans le même calme olympien. Dans l’ensemble aucun problème de fraude ou de fuite de sujets n’a été signalé. Ils sont 236.694 candidats à aller à l’assaut du DEF cette année.

 Kénékouo Barthelemy Togo ministre education nationale

Notons que le ministre de l’Éducation nationale, Barthélémy dit Kénékouo Togo, s’est rendu le lundi dernier à Kangaba pour donner le coup d’envoi des épreuves du DEF 2016. Il était accompagné en plus de son staff, les autorités scolaires, administratives et politiques de la ville.

Contrairement à ces dernières dont le DEF est émaillé de fraude et de fuite de sujets, cette année le DEF s’est déroulé dans le calme sans bruits de fraude ou de fuite de sujets. Ça, c’est l’actif du ministère de l’Éducation nationale, en premier lieu Barthélémy Kénékouo Togo et ses collaborations. Seul Dieu sait la hantise dans laquelle le ministre a préparé cet examen de fin d’année. Il a passé des nuits blanches avec son cabinet dans le souci d’organiser pour l’une des rares fois un examen de fin d’année propre au Mali. Le pari il l’a réussi pour le DÉF. Le BAC quant à lui est en train d’avancer à grands pas et nous sommes de ceux qui croient que le ministère saura relever le défi l’a aussi. Cette année, au total ils sont 236.694 candidats à postuler pour le DEF, selon le ministère de l’Éducation nationale. Le DEF classique compte un effectif de 220.060 postulants pour 1.699 centres et  9812 salles de classe et le DEF arabe totalise 16.634 concurrents pour 168 centres et 805 salles de classe. Le nombre de candidats libres (CL) sur l’ensemble du territoire national est de 16.097 candidats.  Le ton des examens de fin d’année 2016 a été donné par le CAP (Certificat d’aptitude professionnelle), le lundi 30 mai dernier. Ils étaient 24 797 candidats, dont plus de la moitié candidats libre, à prendre part au CAP 2016.

Notons que dans le cadre de la moralisation des examens scolaires de fin d’année, le département de l’Éducation a  entrepris plusieurs mesures. Des missionnaires du ministère ont sillonné l’intérieur du pays pour informer et sensibiliser les acteurs du monde éducatif afin de les amener à adopter des pratiques favorisant le bon déroulement des examens scolaires.

Le succès de l’organisation des examens de l’année dernière n’a pas empêché, le ministère a mené une vaste campagne de sensibilisation de Kayes à  Gao (les élèves de Kidal étant repliés sur les autres régions et le district de Bamako). La mission avait permis de renforcer les capacités des responsables des services déconcertés dont les DAE, les DCAP, les conseillers de cercle, les Assemblées régionales donc tous les partenaires et écoles en matière d’organisation des examens. Partout où les experts du département sont passés, ils avaient exhorté tous les partenaires et acteurs de l’école à une implication sans faille afin d’obtenir des examens propres, transparents et crédibles et surtout, l’application sans condition des textes régissant l’organisation des examens en République du Mali.

Par Fanta Togo (Stagiaire)

 

Source : Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *