Crise scolaire : Les syndicats menacent de prendre la rentrée en otage

Le torchon continue de brûler entre les syndicats de l’éducation signataire du 15 octobre 20216 et le gouvernement. L’application de l’article est en partie responsable de ce désaccord entre les syndicalistes et le gouvernement. Après la prise en otage des examens de fin d’année, la rentrée aussi semble menacée. Toute chose qui mettra en péril l’éducation des enfants.

 

Dans une lettre circulaire, les syndicats de l’éducation signataire du 15 octobre 2016 saluent la détermination et l’engagement des militants. Un engagement qui permettra de restaurer la dignité de l’enseignant. Nonobstant le respect des mots d’ordre de grève de la part de leurs militants, les syndicalistes déplorent le comportement et les actions du gouvernement dont le but est de nuire à leur lutte.

Une tentative de nuisance qui a poussé le gouvernement à précipiter l’application de la grille unifiée. Cependant les syndicalistes expriment leur détermination à aller au bout de la lutte.  ‘’Les syndicats rappellent qu’ils n’en sont pas demandeurs et que cet alignement n’entrave en rien la détermination des enseignants du Mali à poursuivre leur noble lutte jusqu’à l’application totale et entière de l’article 39’’. C’est pourquoi, les syndicalistes rappellent à leurs militants qu’aucune diversion ne saurait les détourner de leur objectif.

Par la suite, les syndicalistes rassurent les militants de leur détermination et de leur constante disponibilité à défendre les intérêts de l’école en général et des enseignants du Mali en particulier tout en les invitant à se préparer pour les actions d’envergure qui seront initiées à la rentrée. Pourtant, cette position a été notifiée au ministre du Travail et de la Fonction publique par le biais d’une lettre.

Bissidi SIMPARA

Source : L’Alerte

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *