Baccalauréat 2015 : Des cas de fuites signalés dans certains centres d’examens

Clef d’accès aux études supérieures, le baccalauréat a donné son coup d’envoi mercredi 17 juin 2015 sur toute l’étendue du territoire nationale, sauf les villes sous l’emprise des narcotrafiquants. Malgré les mesures idoines prises pour garantir son bon déroulement, des cas de fuites ont été signalés dans certains centres d’examens de Bamako, occasionnant le démarrage tardif des épreuves.

 ecole education classe eleve etudiant baccalaureat bac def examens resultat

Le chef du département de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthelemy Togo, par voie de presse, a assuré les Maliens du bon déroulement du bac, qui a une importance capitale pour les scolaires puisqu’il est le passage obligé pour l’université. Comme celle de 2014, la session 2015 du baccalauréat enregistre déjà quelques dysfonctionnements majeurs sur le plan organisationnel.  En  tout  cas c’est  le constat  général  qui  se  dégage  dans certains centres d’examen.

Selon plusieurs témoignages, de nombreux cas de fuites ont été constatés dans certains centres de Bamako, en l’occurrence le centre « La Lanterne » et l’Annexe Platon. C’est pourquoi certains observateurs indiquent que le ministre de l’Éducation est loin de gagner son pari.

Z. B., un candidat dans un centre d’examen de la rive droite témoigne : « Plusieurs cas de fuites ont été signalés. Notamment à la Lanterne, où nous avons commencé les épreuves à 16 h, soit un retard de 2 h ».

Pour K. F., les sujets n’étaient pas à la portée de tous. « Les épreuves étaient dures. Je n’ai pas pu finir. Je jette la responsabilité à l’autorité en charge, qui semble modifier le sujet initial. En tout cas, les matières n’étaient pas à la portée ».

Il revient au département de l’Education nationale de traduire l’engagement du ministre en acte concret. En effet, mercredi 17 juin, le ministre de l’Education nationale en donnant le coup d’envoi de  l’examen à Koulikoro avait prodigué des conseils. Ces conseils loin d’être destinés aux seuls candidats de Koulikoro étaient formulés en ces termes. » La réussite étant au bout de l’effort, je vous exhorte à plus de persévérance et d’abnégation et à ne compter que sur vos propres efforts ».

Son implication ne semble pas avoir l’effet souhaité, car les réseaux mafieux continuent d’entraver le bon déroulement du processus.

Hawa Sy

Stagiaire

 

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.