Affrontements entre groupes d’étudiants sur la Colline de Badalabougou : Le DG de l’IUG, Dr. Badra Alou Macalou, suspend toutes les activités pédagogiques et administratives

Depuis  quelques  jours, les  affrontements  entre  clans rivaux  d’étudiants en vue  du renouvellement des comités AEEM dans les Facultés, Instituts et grandes écoles du Mali, coupaient le sommeil aux étudiants qui n’en sont nullement concernés : enseignants, personnels administratifs, responsables universitaires. Lundi dernier, la situation s’est aggravée avec à la clé plusieurs blessés  enregistrés,  suite aux affrontements qui se sont déroulés au sein de l’Institut Universitaire de Gestion (IUG) et de la Faculté des Sciences  et Techniques (FAST).

Soucieux de la vie des travailleurs, des enseignants et des étudiants qui ne sont nullement concernés par cette bagarre, le Directeur Général de l’IUG, Dr. Badra Alou Macalou, a décidé  de suspendre  toutes les activités pédagogiques et administratives (des cours du  matin et du soir), afin d’ éviter  d’autres situations  désagréables. « Mesdames et messieurs, depuis le mercredi 07 octobre, l’Institut Universitaire de Gestion (IUG) est le théâtre d’une série d’affrontements entre des bandes armées d’étudiants de l’IUG et d’autres facultés. Cette situation s’est particulièrement aggravée, ce jour 12 octobre 2020, puisqu’il a été enregistré des tirs à balles réelles et des blessés. En attendant que des dispositions soient prises pour assurer la sécurité des travailleurs et des étudiants, l’ensemble des activités pédagogiques et administratives, en cours du jour et en cours du soir  sont suspendues pendant (72) heures. Les activités reprendront le jeudi 15 octobre 2020. Je sais compter sur la bonne compréhension de tous », a adressé Dr. Badra Alou Macalou aux travailleurs  de l’IUG. Et d’ajouter : « j’ai pris cette décision au terme d’une réunion de crise que j’ai convoquée à l’issue de laquelle j’ai obtenu l’avale de mon Recteur de l’Université  des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) ». Dr. Badra Alou Macalou a regretté  que de tels évènements  au sein de l’espace universitaires se passent encore, malgré les promesses, engagements  de tous les acteurs de l’école, y compris les étudiants, à œuvrer  pour que ces pratiques  ne se produisent plus au niveau  de l’espace universitaire. « C’est  avec  le cœur attristé que nous  arrêtons les activités au sein  de notre institut. On était très ému  de la reprise  des cours après la tempête de la Covid-19. Tout se déroulait dans le calme, la tranquillité et l’apaisement à notre  niveau. Les  cours, les évaluations  se passaient  normalement. On était en train de réfléchir sur la nouvelle  année. Mais depuis le 7 octobre, ces affrontements entre clans  d’étudiants accompagnés  de coups de feu,  ont  ralenti les activités. Nous déplorons  ces violences et invitons les acteurs à résoudre  leurs différends par les moyens intellectuels pour éviter des drames. Ce qui va honorer l’image  de notre université», a souhaité Dr. Badra Alou Macalou.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.