1ER Café linguistique de l’AMALAN : Vers l’officialisation et l’utilisation des langues nationales

Kénékouo Barthelemy Togo ministre education nationaleLe département de l’éducation nationale a organisé, le 30 Janvier 2015, au CICB, son premier Café linguistique. Pour la cause, l’auditoire était composé des spécialistes et partenaires du secteur, de même que plusieurs anciens ministres. Le cercle de réflexion était présidé par Kénékoua dit Barthélemy Togo, ministre de l’éducation nationale. Rendre plus visible l’Académie Malienne des langues (AMALAN) et présenter la politique nationale linguistique au peuple Malien, étaient entre autres, les objectif du café linguistique. Ce  premier café linguistique favorise une meilleure connaissance des progrès de l’instrumentation de nos treize langues nationales. Un document adopté par le conseil des ministres du 03 Décembre 2014.  Le ministre de l’éducation nationale, Kénékouo dit Barthélémy Togo souligne : «notre profonde conviction est que pour réussir la guerre du développement en général et de l’ancrage démocratique en particulier, il faut gagner la bataille de toutes les batailles qu’est celle du statut des langues nationales comme langue d’expression officielle. L’initiative de  ces batailles est un épisode  émaillée d’obstacles, nous le savons. Mais il faut s’y engager résolument». Selon la directrice de l’Amalan Mme Coulibaly  Mariam Koné, ce café linguistique est la première d’une série de communication pour la promotion des langues nationales à travers la vulgarisation de la politique nationale linguistique. Les 13 langues que la loi veut promouvoir ont toutes des données historiques, des réalités séculaires voir millénaires. «De par sa position géographique, le Mali partage le Dioula, langue sœur de  Bamanakan  avec la Côte d’Ivoire et le Burkina ; le Malinké avec la Guinée, le peulh avec la Mauritanie et le Sénégal ; le Songhoi au Niger à travers le germa et dadin au Bénin, le Tamashek au Niger, en Algérie, au Burkina Faso  et en Libye». Le département de l’éducation travaille sur un projet de loi et son décret d’application devant officialiser l’utilisation des langues nationales.

Hadama B. Fofana

source :  Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.