EDSM-V 2012-2013 : Des journalistes initiés au décryptage du langage des statisticiens

maison presse malienne mediat rapport fondation friedrich ebert stiftung journaliste

L’institut national de la statistique, en collaboration avec la cellule de planification et de statistique du ministère de la santé, a organisé un atelier de dissémination des résultats de l’enquête démographique et de santé (Edsm-V) 2012-2013 à l’intention d’une vingtaine de journalistes. C’était le mardi 5 août 2014 à l’hôtel Salam.

L’enquête démographique et de santé (Edsm-V) 2012-2013 est désormais disponible. C’est dans  le cadre de la dissémination des résultats de l’enquête que l’Institut national de la statistique (Instat) a initié un atelier de formation à l’intention d’une vingtaine de journalistes pour une meilleure exploitation du document. Selon le directeur national de la statistique, Seydou Moussa Traoré, l’objectif de cet atelier est de former les journalistes pour qu’ils informent mieux les populations sur les résultats de l’Edsm-V 2012-2013. Il devrait aussi permettre aux journalistes de comprendre les données de l’Edsm-V afin de savoir les utiliser dans  un reportage.

Réalisée  à plus de 2 milliards de Fcfa, grâce au soutien des partenaires techniques et financiers notamment l’USAID et la coopération canadienne de développement international aux côtés de notre pays, l’Edsm-V2012-2013 dispose des données dans plusieurs domaines de la santé. Il s’agit notamment de la santé de la reproduction, de l’enfant, du paludisme, de l’allaitement maternel, la mortalité infantile et maternelle et des adultes. Aussi, l’Edsm-V comporte des données sur la  prévalence du VIH, le rapport du genre, l’excision, les violences domestiques, les  maladies, les dépenses de santé.

Ce rapport présente aussi un taux élevé de malnutrition dans notre pays surtout dans la région de Mopti avec 47%. Dans ce même rapport, le taux de prévalence le plus élevé du paludisme concerne  la région de Mopti avec 71 %, et le plus faible est celui de Bamako avec 10%. Ce même rapport révèle que le taux de mortalité infantile est plus élevé à Sikasso avec 121 % contre 59% à Bamako. Il note également la baisse de la couverture vaccinale dans toutes les régions sauf celle à Kayes, où le taux de couverture vaccinale a augmenté de 29% en 2006, à 38 % en 2012-2013. Les  résultats de la même enquête indiquent que le taux de prévalence du  VIH dans la population âgée de 15-49 ans est estimé à 1,1%. Par contre, la prévalence est de 1,3 % chez les femmes et de 0,8% chez les hommes.

Rappelons que l’Edsm-V 2012-2013 a concerné essentiellement le district de Bamako, les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et une partie de Mopti. Les trois régions du nord : Tombouctou, Gao, Kidal et trois cercles de la région de Mopti (Douentza, Ténenkou et Youwarou) étaient inaccessibles à cause de la crise sécuritaire que le Mali a connue en 2012-2013.

Fombus

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.