Edito: Les seniors d’hier à aujourd’hui

Le Mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, célébré chaque année au mois d’octobre dans notre pays depuis 24 ans, confère une grande place aux personnes âgées. Une semaine leur est dédiée, ponctuée de visites du chef de l’Etat et des présidents des autres institutions de la République aux personnes les plus âgées du district ; des gouverneurs dans les régions, etc.

C’est la preuve que le 3e âge compte beaucoup dans notre société. Ce n’est pas pour rien qu’Amadou Hampaté Ba d’ailleurs disait qu’ »en Afrique un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle ». Partis à l’école française ou non, les aînés, singulièrement au Mali, sont considérés comme des personnes savantes, en tout cas comme les dépositaires de nos us et coutumes.

Leurs avis et conseils, pris sous l’arbre à palabres après d’intenses discussions, étaient frappés au coin du bon sens et servaient de phare pour éclairer toute la communauté. Les contes de grand-mère ou de grand-père, qui comportent toujours une moralité, restent vivaces dans l’esprit de beaucoup de Maliens et leur servent encore de boussole dans bien des cas.

Mais qu’en est-il aujourd’hui de la vie des seniors dans nos familles, dans les quartiers, dans les communautés. Jouent-ils le même rôle d’hier à aujourd’hui ? Quelles sont leurs relations avec la jeune génération, leur rôle dans la société modernisée, pour ne pas dire très monétarisée ? De quoi souffrent-ils ? Y a-t-il péril en la demeure ?

Nous avons tenté, à travers notre dossier de la semaine, de répondre à certaines de ces interrogations. Force est de reconnaître que si les personnes âgées étaient jadis vénérées, aujourd’hui elles font l’objet de critiques acerbes qui ne sont pas du reste irrémédiables à condition qu’elles acceptent d’assumer leur mission de berger équitable.

Pour ne pas marcher sur la langue de nos interlocuteurs, nous vous invitons à lire les articles consacrés aux personnes âgées au Mali, d’hier à aujourd’hui.

Bonne lecture et bonne semaine !

Abdoul Majid Thiam

Le Focus 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *