Ecolog international Mali : Quand l’arnaque et la corruption se côtoient

Comme annoncée dans la livraison de votre hebdomadaire préféré, «L’Express de Bamako», N°159 du Mercredi 03 juin dernier «Ecolog International au Mali : Entre discrimination et non-paiement des salaires», nous continuons à vous livrer des informations sur cette organisation internationale à la limite de la mafia installée dans notre pays à travers la MINUSMA.

Vous avez été si nombreux en prenant contact avec nous pour raconter vos différentes histoires aussi terrifiantes les unes que les autres, nous nous faisons le devoir d’informer l’opinion nationale et internationale et surtout les autorités compétentes sur cette bombe sociale basée sur la négligence, l’impunité, l’injustice, la discrimination, la corruption et surtout l’arnaque des responsables de la structure. Installée au Mali après avoir remporté l’appel d’offre pour assurer les services de ravitaillements de la Mission Onusienne dans notre pays, Ecolog est en rupture de contrat avec tous les partenaires qui sous-traitaient avec elle pour bien accomplir ce travail immense.

En effet, toutes les sociétés qui travaillaient pour Ecolog se trouvent devant les tribunaux aujourd’hui pour non-paiement de factures malgré le service déjà fait. En se plaignant de ne pas être payée par la MINUSMA, la structure refuse de payer les factures de ses partenaires dont certaines s’élèvent à plus de 700 millions de nos francs. Et pourtant une source proche de la MINUSMA assure qu’elle a bel et bien été payée pour beaucoup de services déjà rendus. A quoi joue Ecolog ?

Entre le Camp 1 et le 3è Arrondissement, les responsables d’Ecolog, en plus de refuser de payer les entreprises, essaie de corrompre les agents de ces unités de recherches pour que les convocations n’aboutissent pas. Considérant ce comportement à la limite de l’arnaque, la MINUSMA serait entrain de prendre des mesures pour gérer l’après Ecolog, car sa mission ne peut en aucun cas restée sans ravitaillement. Et pour cela, elle compte bloquer la caution de 2 millions de dollars d’Ecolog.

Pendant ce temps, les licenciés abusifs, les travailleurs sans salaires et les discriminés n’hésitent pas à revendiquer leurs droits aux responsables qui seraient sur le point de plier bagages pour regagner la Macédoine. Les autorités Maliennes sont interpellées face à cette situation qui n’a fait que trop duré.

Nous y reviendrons !

Abass BA

 

source :  L’Express de Bamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.