Echangeur pour motocyclistes à la descente du pont Fahd : l’ouvrage ne convainc pas !

A cause de son étroitesse, de ses pentes mal élaborées, de l’état de sa courbure et de ses garde-fous, nombreux sont les motocyclistes qui, avant la fin des travaux de l’échangeur pour motocyclistes à la descente du pont Fahd, commencent déjà à émettre des doutes sur la praticabilité de ce joyau dont les travaux ne finissent pas de finir.

amenagement boulevard voie echangeur motocycliste travaux

Un échangeur exclusivement destiné pour les motocyclistes afin de leur permettre de rejoindre l’autre coté de la route à la descente du pont Fahd sans se faufiler entre les voitures.  Cette initiative était du président Amadou Toumani Touré.

Ce projet qui avait débuté sous son second mandat a été ralenti par le coup d’Etat du 22 mars 2012. Plusieurs ministres de l’Equipement et des Transports  qui se sont succédé ont défilé sur les lieux, donné des instructions et promettre des délais pour la fin du chantier.  Mais jusque-là, ces infrastructures  sont toujours en état de chantier.

Même si les travaux proprement dits de cet échangeur sont presque arrivés à terme,  les équipements routiers qui doivent accompagner ce joyau (route  de deux voies passant devant le CICB, les caniveaux, les trottoirs…) n’ont pas encore fini d’être réalisés. Toute chose qui constitue aujourd’hui un casse-tête burkinabè pour les usagers de cette route souvent barrée à certaines heures de pointe de la journée. Obligeant les usagers à faire de nombreux détours pour arriver à leur  lieu de destination.

Un échangeur qui fait peur

Avant même d’être inauguré et ouvert à la circulation, cet échangeur pour motocyclistes fait déjà peur aux motocyclistes  pour qui il a été réalisé. Nombreux  d’entre eux évoquent le manque de réussite des travaux de ce joyau. Et à cause de plusieurs facteurs qui crèvent l’œil d’ailleurs. Car il n’est point besoin d’être un ingénieur  en bâtiment pour le savoir.

Nombreux sont les motocyclistes qui s’arrêtent au niveau de cet échangeur pour  le regarder avant de se demander comment les gens pourront circuler là-dessus.

On affirme que ce joyau a été un échec  à cause de son étroitesse et de ses courbures qui ne permettent pas de circuler aisément. Aussi, les garde-fous utilisés n’inspirent pas confiance. Surtout en considération du nombre des motocyclistes sur les routes de Bamako.

« Je me demande si un jour, je vais pouvoir circuler sur cet échangeur, car le joyau que je vois en chantier ne m’as jamais rassuré à cause de son étroitesse, les garde-fous qui  ne sont pas à la hauteur  pour un tel ouvrage » estime un motocycliste.

Selon lui, un autre fait est que cet échangeur prend beaucoup trop vite de la hauteur, car les pentes semblent avoir été mal élaborées. Ce qui le pousse à se demander comment les motocyclistes dont les motos ne sont pas en bon état  vont se débrouiller pour « escalader » cet échangeur. Car, cela nécessite pour les motocyclistes de prendre de la vitesse pour bifurquer en abordant le grand tournant élaboré.  A l’en croire,  ce sera le même danger à la descente dudit échangeur.

« Avec cette situation, il suffit qu’un motocycliste fasse un faux pas pour que les autres le suivent car, de la même manière qu’il faut monter sur cet échangeur à vive allure,  c’est dans les mêmes conditions qu’on doit négocier la descente  à cause de l’état de l’ouvrage », regrette-il.  Avant de conclure que cela sera sans doute une source d’accidents.

Ce technicien supérieur de génie civil qui a requis l’anonymat expliquera qu’en plus de son étroitesse, la courbure de cet échangeur prouve que l’espace réservé pour son exécution n’était pas suffisant pour permettre la réalisation d’un ouvrage large. Car pour  permettre que cet ouvrage soit large à souhait, une partie du mur de clôture du CICB et de l’hôtel Salam devrait être démolie. Ce qui n’a malheureusement pas été fait.

Selon lui, c’est pour  ne pas faire trop de démolitions que cet ouvrage  a pris cette forme qui inquiète aujourd’hui les motocyclistes bien avant son inauguration et son ouverture à la circulation.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que bien avant son inauguration et son ouverture à la circulation, l’échangeur pour motocyclistes fait déjà jaser, surtout  du coté des motocyclistes qui sont les principaux  concernés. Car nombreux  sont ceux qui s’inquiètent déjà des cas d’accidents qui pourraient survenir à cause de l’état même de cet ouvrage. Prudence donc pour couvrir les erreurs !

 

Georges Diarra

Source: Tjikan

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.