Droit à la vérité : Des acteurs proposent

Cerner l’état des lieux du droit à la vérité, s’approprier le cadre juridique du droit à la vérité au triple plan national, sous-régional et international, échanger sur des actions menées au niveau de l’Etat du Mali, des partenaires techniques et financiers ainsi que de la société civile pour l’effectivité du droit à la vérité singulièrement suite à la crise politico-sécuritaire et institutionnelle qu’a connu le Mali, tels étaient les objectifs d’un panel de l’état de mise en œuvre du Droit à la Vérité organisé jeudi dernier par la Coalition Malienne des Défenseurs des Droits Humains (COMADDH) à l’hôtel Radisson Blu. Face à face les représentants de l’Etat, à travers le Ministère de la Justice (Mme Coulibaly Madeleine Maïga), la MINUSMA au nom des partenaires (M. Emile Kakolo) et la Société civile représentée par M. Thierno Amadou Sissoko.

Mahamar Maïga president commission malienne droit homme comaddh ouly keita representante free dom forum modibo podiougou ministere justice atelier conference reunion

Après les mots introductifs du représentants du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, garde des Sceaux, l’honneur est revenu à M. Mohamed El Moctar Mahamar Maïga, président de la COMADDH d’ouvrir les débats. Ainsi, les trois panelistes ont donné leur définition sur le concept ” Droit à la Vérité ” avant de faire son état d’avancement au Mali. Aussi, chaque paneliste a mis l’accent sur les différentes actions menées par sa structure avant de proposer des solutions. Ainsi, ils ont proposé la mobilisation des acteurs stratégiques autour du concept, le renforcement des actions d’appropriation de la justice transitionnelle et aussi l’opérationnalisation de la Commission Vérité – Justice – Réconciliation. Aussi, ils ont demandé plus de volonté politique pour lutter efficacement contre l’impunité. Et surtout à l’Etat de prendre ses responsabilités.

Il faut noter que notre pays, le Mali, a connu l’une des plus graves crises de son histoire qui a provoqué des violations graves des droits humains. Aujourd’hui, la COMADDH se bat pour permettre aux acteurs de répondre de leurs actes.

Youssouf Sangaré

 

Source : Le Malien

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *