Droit et protection des femmes et des enfants dans les conflits armés : DES MILITAIRES EN FORMATION

Le Prytanée militaire de Kati abrite en ce moment un séminaire de sensibilisation et de formation en droit et protection des femmes et des enfants pendant les conflits armés.

association féminine femmes politique

Cette session s’inscrit dans le cadre du projet de « Renforcement des capacités des forces armées et de sécurité pour prévenir et protéger les femmes et les petites filles en situation de conflits armés (phase II) ».
Elle est organisée par la Section administrative droit humanitaire de l’armée, en partenariat avec ONU-Femme et le Royaume des Pays-Bas. La cérémonie d’ouverture présidée par un représentant de l’Etat-major général des armées, le colonel Modibo Idrissa Coulibaly, a enregistré la présence du commandant de la troisième région militaire, le colonel Harouna Samaké, et du lieutenant-colonel Aminata Diabaté, responsable du programme ONU-Femmes à l’Etat-major général des armées.
La session est destinée à faire connaître aux participants les règles applicables et à approfondir leurs connaissances afin de prévenir et de protéger les femmes et les petites filles en situation de conflit.
Le lieutenant-colonel Aminata Diabaté a rappelé que le Mali a adhéré à plusieurs conventions relatives au respect des droits de l’Homme. Le ministère de la Défense et des Anciens combattants, à travers l’Etat-major général des Armées, est l’entité sensée être en première ligne dans la mise en oeuvre de ces conventions. C’est pourquoi, a-t-elle indiqué, cette formation a été initiée pour discuter avec les militaires en vue de relever le défi du respect des droits de l’Homme en situation de conflit. Le lieutenant-colonel Aminata Diabaté a assuré que la formation s’étendra à toutes les régions du Mali et concernera tous les militaires, à tous les niveaux.
Le colonel Modibo Idrissa Coulibaly a insisté sur les six modules exposés durant trois jours aux participants et portant sur les relations civilo-militaires, le code de conduite des forces armées et de sécurité du Mali, le droit international humanitaire, la protection des femmes et des enfants avant, pendant et après les conflits, le rôle des militaires dans la protection des femmes et des enfants, les violences sexuelles et sexistes. Soulignant l’importance et l’intérêt que le commandement accorde à ces thèmes, il a invité les participants à se concentrer pour les assimiler.
Le colonel Harouna Samaké a, lui, indiqué que la formation concernait 400 participants, tous rangs confondus, venant essentiellement des six régiments de la région militaire de Kati et des autres forces de sécurité.
Harouna Samaké a précisé que la plupart des militaires n’ont pas effectué de formation sur le droit international humanitaire alors que la maîtrise de cette question est nécessaire, surtout dans les pays secoués par des conflits. Il a, par conséquent, invité les participants à suivre avec attention les différentes communications afin de pouvoir appliquer à la lettre ce droit international sur le terrain.
A. D. SISSOKO

source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.