Israël continue de prendre les salaires des migrants africains dans le but de les expulser

Près de 40 000 migrants africains en Israël continuent de subir les sévères lois de l’État après avoir été menacés de déportation illégale, d’emprisonnement et d’attaques de la part des forces de l’ordre.

Les demandeurs d’asile africains sont toujours punis par la «loi sur les dépôts» depuis mai 2017, qui oblige chaque employeur à déduire un cinquième du salaire du migrant et à le déposer sur un compte spécial accessible uniquement après le départ du migrant africain.

Dans leur rapport annuel sur la traite des êtres humains, les États-Unis ont exhorté le pays à abroger la “loi sur les dépôts” qui pourrait “accroître la vulnérabilité de la population de migrants africains en situation irrégulière à la traite”, a déclaré le Département d’Etat, cité par Haaretz.

“Le gouvernement n’a pas systématiquement dépisté le trafic parmi la population de migrants africains en situation irrégulière et, par conséquent, les autorités ont peut-être sanctionné des victimes non identifiées et identifiées comme victimes de violations de l’immigration”, indique le rapport.

Certaines ONG ont signalé que certains employeurs retiennent les salaires et ne les déposent pas dans le fonds spécial. Cela a également poussé certaines femmes à se prostituer, ce qui a aggravé leur vulnérabilité à la traite.

La loi sur les dépôts, qui figure à l’article 4 de la loi sur la prévention de l’infiltration, exige également que les employeurs de migrants africains épargnent 16% supplémentaires du salaire de leurs employés vers un fonds de pension qui sera également inaccessible jusqu’à ce que les migrants décident de quitter le pays.

Les employeurs de migrants ont également été condamnés à payer une taxe supplémentaire pour les dissuader d’employer les demandeurs d’asile déjà aux prises avec un problème de recherche d’emploi.

 

Des poursuites ont été engagées contre la loi jusqu’à la Cour suprême et celle-ci est en cours d’examen, car les données soumises à la Haute Cour de justice montrent que la moitié des demandeurs d’asile et des réfugiés gagnent moins que le salaire minimum, rapporte Haaretz.

Selon l’agence Associated Press, Sabine Haddad, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a déclaré que les salaires saisis constituaient “un bon point de départ pour le début de la nouvelle vie des migrants en dehors d’Israël”.

Elle a ajouté qu’Israël détient actuellement 40 millions de dollars appartenant à plus de 13 000 migrants et que seuls 400 de ceux qui ont quitté le pays volontairement ont retiré leur argent.

La loi qui a été adoptée l’année dernière est contestée devant les tribunaux, les migrants continuant de vivre dans la pauvreté et travaillant dans de petits boulots pour pouvoir survivre aux mauvais traitements infligés par le gouvernement israélien.

Un peu plus tôt cette année, un tribunal israélien a mis un terme aux projets du pays d’expulser les demandeurs d’asile après une action en justice intentée par un groupe de migrants originaires d’Érythrée et du Soudan.

Dans une lettre, Israël avait déclaré que les migrants avaient 60 jours pour accepter l’offre de quitter le pays vers une destination inconnue, largement réputée être le Rwanda, en échange de 3 500 dollars et d’un billet d’avion. Il a ajouté que les migrants qui refusent de partir avant le 1er avril seront incarcérés pour une durée indéterminée.

Human Rights Watch a condamné la détention prévue illégale de demandeurs d’asile et a appelé Israël à abandonner la nouvelle politique visant à faire obstacle au droit légitime des migrants de chercher protection.

Depuis 2009, seuls huit Érythréens et deux Soudanais ont été reconnus comme réfugiés en Israël. 200 autres Soudanais du Darfour ont récemment obtenu le statut humanitaire.

À l’heure actuelle, 27 500 Érythréens et 7 800 Soudanais cherchent à obtenir le statut de demandeur d’asile pour pouvoir vivre en Israël. L’Union africaine n’a pas encore pris de mesures concernant le sort de ces Africains en détresse.

Source: koumpeu

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *