2e édition du forum des diasporas africaines : Le président du CSDM gagne le pari de la mobilisation

Comme l’année dernière, ce vendredi 21 juin en France, la diaspora Africaine a vibré au rythme du forum des diasporas Africaines à Montrouge. Organisé par le Conseil supérieur de la diaspora malienne, en plus d’une importante délégation venue du Mali, cette deuxième édition a enregistré une forte présence des Maliens de la diaspora.

 

C’est à Montrouge en France, et à quelques encablures de la Mairie de cette ville, que s’est tenue ce vendredi, la deuxième édition du forum des diasporas Africaine. Cette édition qui a vu la participation d’une vingtaine de pays, a été une occasion pour les diasporas africaines et les partenaires de l’Afrique de se rencontrer et d’échanger afin de dégager des pistes d’investissements en Afrique.

A en croire le chef de file de la délégation malienne à cette grande messe de la diaspora Africaine, ce genre de forum permet à coup sûr d’aider le gouvernement du Mali à mieux cerner les aspirations de sa diaspora. « Le gouvernement seul ne peut pas tout faire. Le président de la République a promis d’inscrire les problèmes de la diaspora au cœur de ses priorités. Nous disons que ces genres de fora permettent d’aider l’Etat et les institutions qui sont en place ainsi que les organismes à mieux accompagner les Maliens qui sont en France de revenir investir au Mali. Parce qu’il s’agit d’un cadre indiqué pour identifier les personnes afin de les encourager pour qu’ils viennent investir au Mali. Ce que je veux dire aux Maliens, ce qui arrive à l’Afrique n’est pas une fatalité », a indiqué Mohamed Cherif Haïdara, président du conseil supérieur de la diaspora malienne.

Venu encourager les participants maliens au forum, l’ambassadeur du Mali auprès de l’UNESCO a encouragé le président du CSDM pour son initiative. « Quand on parle de diaspora, il faut surtout parler de compétence. Et ce n’est pas seulement la compétence, il faut la formation au niveau des grandes universités, celles dont notre pays a besoin, c’est plutôt des petites formations dans les métiers de service. Je pense que la diaspora peut donner cette dynamique au Mali. Je suis là pour soutenir cette diaspora qui se bat tous les jours pour le développement du Mali », a encouragé Oumar Keita.

En plus des expositions de produits et services dans les stands établis pour la circonstance, cette édition était aussi des rencontres B2B, des conférences débats.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.