Des manifestants à Bamako : « Vive la Russie ! Poutine la solution »

manifestation bamako jeune homme femme supporte russie rebelles touaregs nord mali

A la grande manifestation de ce samedi, pendant que certains étaient venus apporter leur soutien à l’armée, d’autres étaient tournés vers d’autres objectifs. C’est le cas de ces manifestants qui maudissaient la France et la MINUSMA et louaient la Russie.

Du point de vue de la plupart des observateurs maliens, la France reste ambiguë et donne de plus en plus de raisons à ceux qui doutaient de ses intentions au déclenchement de l’opération serval.

Cependant, il est indéniable que cette opération militaire a eu des heures de gloires qui ont permis au Mali de se relever après une année d’occupation djihadiste.

Or, poussés par la passion, de nombreux maliens, dans les rues, n’hésitent plus à demander le départ des français sur leur territoire. L’exemple de la manifestation de ce samedi est évocateur. En effet, parmi les presque 3.000 personnes certains brandissaient le drapeau russe ou des pancartes sur lesquelles il est inscrit par exemple : «

Vive la Russie ! Poutine la solution. »

Chercher notre salut chez Poutine c’est promouvoir la mentalité « d’éternels assistés »

Auparavant, les pères fondateurs du Mali se sont toujours méfiés de l’ingérence des pays occidentaux. Ils entretenaient néanmoins des relations privilégiées avec la Russie avant que le cours de l’histoire ne balance le pays vers la France.

La crise de ces dernières années au Mali devrait nous servir de leçon quant à nos fréquentations internationales. Si nous décrions la France aujourd’hui, c’est bien pour son attitude bienveillante envers les ennemis du Mali. Sous d’autres cieux, la Russie s’adonne à de pires pratiques dans l’objectif de diviser des Etats.

Il est temps pour nous africains et maliens en particulier de savoir que les relations internationales sont un jeu d’intérêt. Comme a-t-on souvent l’habitude de le dire, « les Etats n’ont ni amis ni ennemis. Ils n’ont que des intérêts »

Hier les Etats-Unis, aujourd’hui la France, demain on veut la Russie mais quand est-ce que nous allons compter sur nous-même ?

Pour sortir de cette mentalité d’éternels assistés, nous devons croire en nous tout en sachant que personne ne viendra faire notre bonheur. Aucun pays n’enverrait ses fils se faire tuer au Mali pour une prétendue amitié. Les intérêts dominent ce monde et il est grand temps que nous commencions à défendre, par nous même, les nôtres.

Aliou Hasseye

SOURCE:maliactu

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.