Dépannage des téléphones portables : un business porteur

Les jeunes maliens font des bonnes affaires avec le métier du téléphone portable. De la vente du téléphone et des accessoires en passant par le décodage, la tropicalisation, le troque et le flashage c’est toute une panoplie de petits métiers qui ont été développés et qui font vivre beaucoup de personnes.

telecommunication-appele-telephone-portable-cellulaire-messagerie-sms

Après avoir quitté la Côte d’Ivoire en 2002, Famory Doumbia s’est lancé dans le métier de dépannage des téléphones portables. Aujourd’hui, il est à la tête d’une société spécialisée dans ce domaine, « Wassolou décodage », sise à Bamako Coura dont le métier est de « rendre le téléphone universel », utilisable partout. Dans son atelier, le matériel de travail est impressionnant : une centaine de câbles sur une grande table et des milliers de téléphones dans des tiroirs. Dans son bureau, le spécialiste de la tropicalisation fait face à deux ordinateurs, et dispose une centaine de logiciels de tropicalisation, parmi lesquels (NS pro, vol canabox, furious-gold etc). « J’achète mes logiciels entre 100 et 400 euros l’unité auprès des programmeurs, en Chine, Dubaï ou Roumanie » explique-t-il. Chez lui la prestation coûte au minium 3.000f CFA, ce qui lui permet d’assurer un chiffre d’affaires journalier estimé entre 30.000 et 40.000 francs CFA. Cheick Oumar Diallo aussi est un spécialiste en décodage et  en tropicalisation du téléphone portable son atelier est situé à quelques mètres du cinéma Babemba.  « Au début je m’intéressais surtout aux Tics. Je donnais aussi des cours en informatique. J’ai appris ce métier sur Internet » explique l’expert. »Ma spécialité ce sont les téléphones androïdes, Iphone, Samsung, Sony Ericsson, Nokia et HTC. » précise celui  qui travaille avec des entreprises de fabrication de téléphone à l’étranger, auprès desquelles il acquiert les codes des téléphones. Quelques minutes, après notre arrivée, deux jeunes se présentent devant le comptoir avec un téléphone de marque Nokia. Il était codé par un opérateur de téléphonie mobile français. Cheick Oumar facture ses prestations entre 4.000 et 25.000 francs FCA.

En Afrique, le boom du téléphone portable dope l’économie, le taux de pénétration du téléphone portable en Afrique, variable d’un pays à l’autre, est un vrai signe de développement.

L’Afrique est devenue le deuxième marché mondial de la téléphonie derrière l’Asie. C’est le marché qui connaît le plus fort taux de croissance depuis dix ans : soit 30% par an en moyenne, rappelle le site Inaglobal. Selon le sondage Gallup, le taux de croissance moyen du marché au Mali est estimé à 7% depuis 2008

 

 

Source: journaldumali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *