Découpage administratif : Des dissensions entre le gouverneur du district de Bamako et les populations de la commune II

En commune II, les populations n’ont pas apprécié le discours récemment avancé par le gouverneur du district de Bamako, au sujet du découpage administratif. Des réunions suivies des sorties médiatiques ont été faites pour dénoncer cette sortie. 

Dans le cadre de la nouvelle politique de découpage administratif, le ministre de l’Administration territoriale, le colonel Abdoulaye Maiga a jugé utile de réaffecter « le centre commercial ou grand marché de Bamako » à la commune III de Bamako. Aussi, le ministre a également décidé de réaffecter le quartier « Sikoroni » de Bamako à une autre commune. Courant la semaine dernière, « la mauvaise annonce » a été portée à la connaissance des jeunes, de même que les vieux qui protestent contre la décision. Le problème, c’est que les deux endroits font historiquement partie de la commune II de Bamako. « En 2018, le ministère a mis une commission en place pour la réorientation de ces différents endroits qui soulèvent des mécontentements entre la commune II et la commune III de Bamako », explique un habitant. C’est suite aux différents travaux menés par ladite commission qu’une nouvelle décision s’en est résultée en faveur de la commune II.A cet effet, il avait été décidé de réaffecter le grand marché de Bamako et le quartier Sikoroni à la commune II, explique notre source. « Le Gouverneur est venu porter ladite nouvelle à nos chefs de quartiers et familles qui étaient tous contents. Il leur a rassuré que les deux endroits feront désormais partie de la commune II », nous explique cet homme dynamique. Dans les années 1987, il y a un découpage administratif au niveau des présentes communes. C’est un certain Djibril Diallo qui, politiquement, était à la base dudit découpage. Djibril Diallo l’avait, à entendre notre interlocuteur, provoqué le découpage pour son élection au sein de la commune. À l’époque, poursuit-elle, la commune III était plus puissante que la commune II. Pour alors se faire élire, le nommé Djibril a procédé à la division de certaines zones. C’est à la suite de ce travail que le grand marché et le quartier Sikoroni ont été attribués à la commune III, alors qu’ils ne faisaient pas partie de cette zone. « Récemment, le gouverneur a adressé une lettre confidentielle au maire de notre commune, en l’occurrence Abba Niaré. Il avait dit au maire de ne rien dire à personne, au sujet du contenu de ladite lettre », indique-t-on. Pour ne pas trahir sa population, le maire a présenté la lettre à la population. Dans ladite lettre, il était écrit que la décision réaffectant les deux zones à la commune II est suspendue. Aussi, cette lettre précisait que le ministre de l’Administration territoriale passe devant le CNT pour présenter ladite décision aux membres de l’organe. C’est là que le problème est parti. « Parce que nos vieux et les jeunes se sont opposés à la décision. Ils trouvent que le gouverneur leur a manqué de respecter à travers ledit acte », ajoute notre interlocuteur. En date du samedi dernier, les populations ont tenu une assemblée générale au cœur du foyer des jeunes de Quinzambougou, en commune II de Bamako. Avec des familles fondatrices de Bamako, ils ont protesté contre la mesure gouvernementale, réclamant et exigeant les deux endroits qu’ils considèrent comme leur patrimoine.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.