Première édition du festival « Nâthal Pulaaku » : Promouvoir l’image peuhle dans toute sa diversité culturelle

Prévu au mois de décembre prochain, le festival “Nâthal Pulaaku” a été officiellement lancé le week-end dernier au Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah. Une première au Mali, ce festival se veut une vitrine à travers laquelle la culture peuhle va être présentée et expliquée. Lors de son lancement, le Dr. Gouro Diallo et l’écrivain Belco Barry ont animé une conférence sur l’histoire des peuhls.

 Festival Kirina ministre culture mme ndiaye rama‘’Nâthal Pulaaku » 2015 est un projet de festival porté par Bathia. Il est le produit d’une histoire commune et aussi d’une collaboration entre les acteurs du développement social et culturel pour l’épanouissement des populations. C’est une initiative culturelle qui a l’ambition d’utiliser la culture peulh comme un des moteurs de I’Interculturalité et de la cohésion sociale. « Nâthal Pulaaku » est une image culturelle à partager et à préserver dans un monde en pleine mutation. Le festival « Nâthal Pulaaku » s’inscrit parfaitement dans l’immensité de la construction de cette visibilité des cultures communes peuhles et partagées avec d’autres communautés locales.

Quelques activités se distingueront dans l’armature de cette route peulh qui sera visitée pendant trois jours de festival. Il s’agira de : Conférences – débats sur la thématique « Paix et entente sociale » et d’autres sujets en lien avec l’histoire et la culture locale; des témoignages sur la richesse culturelle locale. Le festival prévoit des manifestations traditionnelles : les chants et les danses, les courses et acrobaties hippiques où les cavaliers peulhs rivaliseront d’ardeur dans la course hippique mais aussi dans la présentation des figures acrobatiques avec le cheval.   Des expositions d’objets d’art sont également au menu avec la production d’objets artisanaux (tissages, objets  décoratifs, vêtements…).

Signalons que Bathia-production est un regroupement de jeunes qui ambitionnent de faire de l’outil culturel un moteur de la sauvegarde des identités culturelles et aussi de contribuer au renforcement de l’entente et du développement social des communautés. Il est présidé par Aguibou Niang, un jeune qui a choisi la culture comme cheval de bataille pour mener à bien des activités de production et de diffusion de la culture.

  B DIABATE

source : L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.