L’audit interne, la médecine des organisations : Un livre pour soigner les entreprises

Amadou Ndiaye, gestionnaire auditeur, a procédé, ce jeudi 26 décembre 2019, au lancement officiel de son livre intitulé L’audit interne, la médecine des organisations. Ladite cérémonie a eu lieu à la Maison des jeunes de Bamako en présence de Moussa Mara, préfacier du livre. 

« Les auditeurs internes sont des médecins des organisations ». Voici la quintessence du nouveau livre d’Amadou Ndiaye, L’audit interne, la médecine des organisations. Ce livre est le « Fruit d’un sentiment de patriotisme profond » dans lequel M. Ndiaye expose non seulement le rôle des auditeurs internes mais aussi invite les audités à ne pas fuir les auditeurs comme on fuit la peste, explique le jeune écrivain.

Comparant le travail d’un auditeur à celui d’un médecin, M. Ndiaye fait comprendre que les auditeurs examinent et soignent les organisations. « De même que la médecine soigne les personnes physiques, les auditeurs soignent les personnes morales », a-t-il expliqué avant de préciser : « L’auditeur interne doit avoir le même reflexe qu’un médecin ».

Dans ce nouveau-né dans les librairies maliennes et sous-régionales, Amadou Ndiaye laisse comprendre que l’audit interne est la valeur ajoutée du système d’organisation des entreprises. « La gestion des ressources humaines est importante dans l’audit interne », selon M. Ndiaye.

Composé de 60 médicaments à tester pour le développement des entreprises, ce livre expose les difficultés auxquelles sont confrontés les auditeurs. Ce tapuscrit vise à rendre service aux petites entreprises en les aidants à mieux se développer, se soigner, indique-t-il.

A l’occasion de cette cérémonie de lancement, les témoignages n’ont pas manqué. Le préfacier, Moussa Mara (ex-premier ministre du Mali), est revenu sur les difficultés d’édition au Mali : « Tout est fait dans notre pays pour décourager celui qui veut écrire ». Moussa Mara s’est dit avoir « été agréablement surpris par la qualité » de cet ouvrage de M. Ndiaye.

« Le livre au Mali, on est fatigué de le rédiger et de le vendre puisqu’il faut l’acheter et l’offrir», souligne Moussa Mara avant de promettre à l’auteur tout son accompagnement dans la promotion du livre.

Dans une salle pleine à craquer, Serges Cyrille Kooko, directeur de publication chez Innov éditions, a saisi l’occasion pour espérer que ce livre constituera le début d’une belle carrière d’écrivain. Diakaridia Diakité, interprète et traducteur malien, pour sa part, a rappelé que « la jeunesse n’est pas un handicap » mais plutôt que « c’est l’homme lui-même qui constitue un handicap ». A ses dires, « L’écriture est un art et celui qui prend de son temps pour écrire un livre mérite des accompagnements ».

Fousseni TOGOLA

Source: Le Pays
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *