Exposition : QUAND LE PINCEAU ET LA PLUME CONVERSENT

Les toiles du peintre hollandais Vincent Van Gogh côtoient dans une étonnante harmonie les poèmes de l’écrivain tombouctien Albakaye Ousmane Kounta

Ce sont les jardins de la résidence de l’ambassadeur des Pays Bas, Maarten Brouwer, au bord du Djoliba à la Cité du Niger, qui ont accueilli samedi le vernissage des œuvres de l’écrivain tombouctien, Albakaye Ousmane Kounta, et du peintre néerlandais, Vincent Van Gogh. L’exposition, intitulée « le Pinceau et la Plume », était présidée par le ministre de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, et s’est déroulée en présence de l’ambassadeur, de son épouse, de ses collaborateurs ainsi que de nombreux écrivains et invités. Maarten Brouwer a expliqué à l’assistance le bonheur éprouvé à la découverte des œuvres du célèbre peintre néerlandais, Vincent Van Gogh croisant aujourd’hui les poèmes d’Albakaye Ousmane Kounta. Ne boudant pas son plaisir, il a indiqué : « quelle agréable surprise quand M. Kounta est venu nous présenter ses poèmes. Nous n’avons pas hésité à mettre à sa disposition notre jardin pour le lancement de cette exposition… ».

ndiaye Ramatoulaye diallo ministre culture
Environ une cinquantaine de tableaux côtoyant les poèmes de l’illustre Tombouctien ont été présentés aux invités. L’exposition sera ouverte au public aujourd’hui au Musée. La cohabitation des deux œuvres a inspiré d’éminents écrivains présents à la cérémonie de lancement. Gaoussou Diawara et Hamidou Magassa ont ainsi improvisé chacun un poème en l’honneur de leur aîné. Les élèves de l’école « Les petits génies » ont, à leur tour, émerveillé l’assistance en déclamant des œuvres du poète.
L’initiative a été saluée par l’ambassadeur Brouwer qui a invité le public à effectuer avec lui un voyage conciliant le passé au présent, le long d’un itinéraire allant de Zundert, un village aux Pays-Bas, où le peintre Vincent Van Gogh est né, la Belgique et la France où il a séjourné un moment, à Tombouctou, chez le poète, pour se terminer à Bamako où le pinceau de Vincent Van Gogh croise la plume d’Albakaye Ousmane Kounta. Le voyage s’effectue, selon lui, non seulement dans l’espace mais aussi dans le temps, car 125 ans séparent les deux artistes. En dépit de cette différence, les touches du pinceau et celles de la plume se retrouvent en parfaite harmonie, a-t-il noté.
2015, a expliqué le diplomate, est considéré comme l’année du peintre. Trois musées aux Pays-Bas (le musée Van Gogh, le musée Kröller-Muller, le Van Gogh Brabant) et Mons, la ville française qui est la capitale culturelle de l’Europe en 2015, forment le noyau dur d’un ensemble de 30 institutions culturelles européennes qui luttent pour la conservation de l’œuvre de Van Gogh. Elles ont mis en œuvre un programme d’expositions, de circuits de cyclotourisme, de manifestations culturelles dans différents lieux où Van Gogh a vécu et travaillé durant sa vie. Le thème de cette série de manifestation est « 125 ans d’inspirations ».
Cette inspiration ne se limite pas aux artistes et traduit aussi la qualité de la relation entre nos deux pays, a constaté Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo en saluant un « travail qui grave à jamais par l’écrit la bonne entente entre les peuples frères des Pays-Bas et du Mali ». Citant Léonard de Vinci, le ministre relèvera que « la peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir ». Une belle image pour résumer l’essence de l’exposition.
Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo a distingué un tableau comportant un homme mutilé qui, en dépit de cette blessure, se bat avec détermination pour avancer. Elle a fait le parallèle entre ce personnage et la situation que notre pays traverse. « Le Mali a connu son moment d’automutilation, reste à nous d’y apposer un bandeau et de fixer le regard vers l’avenir… », a conclu le ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme.

A. O. DIALLO

source : L Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.