CULTURE : Le Wassoulou célèbre la paix et la réconciliation

L’édition inaugurale du Festival international du Wassoulou (29 avril-1er mai) était placée sous le signe de la paix et la réconciliation nationale.

oumou sangare chanteuse artiste malienne festival Wassouloun

 La 1re édition du Festival international de musique de Wassoulou a eu lieu du 29 avril au 1er mai 2016. La cérémonie d’ouverture était présidée par le préfet du cercle de Yanfolila, Mamadou Bah, qui avait à ses côtés les autorités administratives, politiques et coutumières dont l’honorable Yaya Sangaré, député élu de Yanfolila, et l’ancien ministre Tiémoko Sangaré également président de l’Adéma/PASJ.

Les festivaliers ont pris d’assaut les berges du Wassoulou Ballé (site du festival), affluent de Sankarani à quelques six kilomètres de la ville pour célébrer l’événement. Initiée par l’Association des forces vives de Wassoulou avec l’accompagnement d’Oumou Sangaré « La diva du Wassoulou«  (marraine), la 1re édition avait pour thème « la culture, un tremplin pour la paix et la cohésion sociale« .

Aux dires des organisateurs, le festival consiste d’une part à réunir les artistes du Wassoulou autour de l’idéal qu’est le développement économique et social de la contrée et d’autre part de consolider la paix et l’unité nationale.

Pour respecter la tradition, le ton de la cérémonie d’ouverture a été donné par les chasseurs du Wassoulou avec Satigui Sidibé et son groupe.

Selon Mohamed Sangaré, commissaire général, « ce festival est un véritable instrument de développement économique et social. C’est aussi un indicateur de la paix retrouvée et de la réconciliation« .

Parrain de l’événement, Mamadou Tangara, le maire de la Commune urbaine de Sikasso, notera que le Wassoulou s’est toujours battu pour installer la joie et la cohésion sociale au Mali à travers sa diversité culturelle, principalement la musique.

« La musique est réputée être un vecteur universel fédérateur et de métissage culturel. Elle a toujours rassemblé et non divisé. L’organisation de ce festival prouve à suffisance l’engagement des peuples du Wassoulou pour un Mali un et indivisible où il fait bon vivre« , a-t-il souligné.

Oumou Sangaré a félicité Yoro Sidibé pour avoir eu l’idée de créer le festival « Kamalé ngoni« . Mais, pour elle, il faudrait un festival qui regroupe tout le Wassoulou et des étrangers. D’où l’initiation du Festival international de la musique du Wassoulou. Dans les années à venir, celui-ci verra la présence de plus d’Occidentaux avec la construction des infrastructures hôtelières.

« Pour que je puisse être avec vous, je vous invite à l’union, à l’entente et à la solidarité pour que l’Association force vive du Wassoulou rassemble toute la jeunesse afin qu’elle soit gage de développement du Wassoulou« , a ajouté la diva avant de demander à tous les artistes de se donner la main pour le développement de Wassoulou.

Mamadou Bah, le préfet du cercle de Yanfolila, et Issa Sangaré, le maire de la Commune de Wassoulou Ballé, ont salué les organisateurs et la marraine pour avoir initié ce festival qui, pour eux, peut être un facteur de développement économique et social du Wassoulou Ballé.

Abou Kamara

(envoyé spécial à Yanfolila)

Source: Les Echos

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *