Crise au sein du CNJ-Mali: Un collectif de plusieurs associations soutient le bureau présidé par Mohamed Salia Touré

La salle de conférence de la Direction régionale de la jeunesse et des sports du district de Bamako a abrité le samedi dernier, une conférence de presse du collectif de soutien à Mohamed Salia Touré. L’objectif de cette rencontre était d’expliquer aux hommes de média la situation qui prévaut au sein du Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali). Elle était animée par le président du collectif, Alassane Koné.

 conseil national jeunes mali cnj organise conference reconciliation bamako reunion

 

 

D’entrée de jeu, le conférencier a précisé que son collectif ne joue aucun rôle de mercenaire. Il s’agit, dit-il, pour les membres de son organisation d’appeler les jeunes à l’apaisement afin de permettre au bureau élu à l’issue du 4ème congrès de bien travailler pour le renouveau de la jeunesse malienne. Parlant de l’actuel président du CNJ, il a indiqué que : « Nous avons travaillé avec Mohamed Salia Touré dans plusieurs domaines. Nous avons eu toute la latitude de mesurer la détermination de l’homme à s’investir pour hisser très haut le drapeau de la jeunesse malienne« .

Se prononçant sur la fronde contre l’actuel patron du CNJ, il a déclaré sans ambages qu’elle est une guerre née des ambitions non assouvies de mauvais perdants. Toutes choses qui constituent de sérieuses entraves à l’atteinte des objectifs du bureau issu du dernier congrès de l’organisation faitière du Mali, a-t-il ajouté. S’agissant des frondeurs, il dira que : « c’est en toute liberté que les challengers de Mohamed Salia Touré ont qualifié le congrès de Kayes de tous les noms d’oiseaux. De la mise en place de la commission d’organisation, à la fixation de la date du congrès, au nombre des délégués en passant par la limite d’âge fixée à 35 ans. Bref, la liste des incriminations infondées est longue et est malheureusement rallongée dans le seul but d’amener tout le monde à parler à tort de l’immaturité de la jeunesse« .

A ses dires, l’actuel bureau ne pouvait avoir une mainmise sur la commission de renouvellement des instances régionales et locales dont la mise en place par le bureau sortant est antérieure au congrès de la capitale des rails. Selon lui, dans une affaire déjà pendante devant la justice, l’on n’a pas besoin de chanter sur tous les toits qu’on fait confiance en cette institution. Il affirme qu’il ne sert à rien de rappeler l’indépendance ou l’impartialité de la justice. Le président du collectif est formel « même si ce congrès était à reprendre, Mohamed Salia Touré va leur damner les pions. » Selon lui, l’actuel président du CNJ-Mali est une chance pour la jeunesse malienne débarrassée des mauvaises habitudes qui ont toujours entravé son épanouissement.   

 

Boubacar PAITAO

Stagiaire

SOURCE: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *