Crise à CNJ: Le Collectif des jeunes pacifiques pour le Mali soutient le ministre Ag Attaher

La Maison de la femme, de l’enfant et de la famille de Sabalibougou a abrité le mercredi dernier, un point de presse organisé par le Collectif des jeunes pacifiques (CNJ). A travers cette rencontre, le CNJ voulait donner sa position par rapport à l’actuelle crise qui secoue le Conseil National de la Jeunesse du Mali. Elle a enregistré la présence des jeunes de la commune V, venus nombreux pour la circonstance.

Le président du Collectif des jeunes pacifiques, Sory Ibrahim Diarra, en prenant la parole  a appelé les jeunes du Mali à l’union sacrée. Il a, par ailleurs, salué la décision du ministre de la Jeunesse et des Sports qui a proposé la suspension des activités et la fermeture du Bureau national de la jeunesse pour un bon moment, en attendant la tenue d’une Conférence nationale des jeunes.

L’occasion était opportune pour Sory Ibrahim Diarra de narrer les péripéties de cette crise. Tout est parti, selon lui, du Congrès mal fait à Koutiala. Ainsi, il charge le président du bureau sortant, Souleymane Satigui Sidibé d’avoir semé la zizanie entre les jeunes du Mali. Sory n’a pas manqué d’évoquer les difficultés subies, après avoir réclamé la cohésion du bureau national du Conseil national de la jeunesse.

Les membres du Collectif des jeunes pacifiques, ont applaudi le ministre de la Jeunesse et des Sports pour son acte de bravoure et patriotique pour avoir proposé la suspension de activités de l’actuel bureau du CNJM et la tenue d’une Conférence nationale des jeunes.

Sory Diarra entend désormais militer pour une jeunesse pacifiée au Mali, car pour lui sans la paix et la cohésion sociale rien n’est possible. Alors que les défis sont nombreux pour la jeunesse.

Pour rappel, le Congrès du Conseil National de la Jeunesse tenu à Koutiala en 2020, s’est soldé par la formation de deux bureaux. Ousmane Diarra dit Gousno, le candidat perdant, n’est pas d’accord avec le bureau dirigé par l’actuel président Amadou Diallo.

TiecoroTogola, secrétaire général du bureau CNJ de la commune V a pris la parole pour abonder dans le même sens que Sory Diarra. ll estimé que la décision du ministre ne veut pas dire que l’actuel bureau sera limogé. Mais il s’agit, plutôt, d’aller en conférence pour diagnostiquer les maux qui minent le Conseil national de la jeunesse du Mali. Ajoutant que si limogeage, il y aura, cela sera décidé lors de cette conférence.

De son côté,Boubacar Kamissoko pointera du doigt le clanisme dans le bureau de la Commune V, instauré par les responsables en charge de le diriger.

Seydou Diamoutené

Source: Journal le 22 Septembre- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.