Contre la Caricature du Prophète (PSL): un grand rassemblement cet après-midi

À l’image du monde musulman en colère, le Haut conseil islamique du Mali (HCIM) appelle à un rassemblement, ce mercredi 28 octobre 2020, à la Grande mosquée de Bamako, pour protester contre ce qu’il désigne comme «la campagne islamophobe systématique conduite sous le prétexte de la défense de la liberté d’expression» en cours en France. L’appel a été lancé ce 27 octobre 2020, par le président de la commission des Oulémas du HCIM, Ousmane TRAORE, lors d’un point de presse animé à son siège.

 

Cette décision, a-t-il fait savoir, a été prise, à l’issue d’une réunion d’urgence du bureau exécutif du HCIM à son siège sur la question des caricatures insultantes du Prophète (PSL).
À l’initiative de la commission des Oulémas du HCIM, la communauté musulmane du Mali organise un grand rassemblement de protestation contre la position française sur les caricatures ce mercredi 28 octobre 2020.
À travers ce rassemblement, il s’agit pour le HCIM de dénoncer l’affaire et montrer la position unifiée des musulmans du Mali sur le refus catégorique de toucher au Prophète, l’Élu d’Allah, avec la moindre insulte.
Cette manifestation, selon ses initiateurs, sera marquée par la rédaction d’une déclaration de condamnation, de dénonciation et de déni dans les termes les plus forts ; de condamnation. Après la lecture en public, d’une copie de celle-ci sera envoyée à l’ambassade de France au Mali et distribuée à la presse locale et internationale pour indiquer que le Prophète (PSL) est une ligne rouge.
De même, il sera demandé à tous ceux qui célèbrent le Mawlid, cette année, d’aborder cette question et de démontrer les vertus du Saint Prophète.
Enfin, il sera demandé à tous les imams des mosquées, en coopération avec LIMAMA, de s’attaquer à ce problème et de faire preuve de solidarité avec le bien-aimé Prophète, vivant et mort.
Selon le prêcheur Ousmane TRAORE, l’atteint à l’image du Prophète (PSL) est un acte abominable qu’il faut condamner avec la dernière rigueur.
« Tous les musulmans doivent se rassembler pour combatte ces genres d’actes quel qu’en soit celui qui les pose. Outre Allah lui-même, le Prophète est l’être le plus important pour les musulmans sur terre. Partout où on porte atteinte à l’honneur de notre Prophète, le musulman, partout où il se trouve doit se mobiliser contre ce comportement déplacé. Face à ses actes, nous devons manifester notre mécontentement avec la dernière énergie. Car les compagnons du Prophète (PSL) ainsi que tous ceux qui ont été témoins de son existence lui ont défendu avec leur corps, leurs richesses, et leurs parents.
Il est de notre devoir, nous aussi, de le défendre contre ceux qui portent atteinte à son image. C’est dans ce cadre que le HCIM, l’organisation qui défend les valeurs religieuses musulmanes au Mali, a décidé d’appeler à la mobilisation ce jour. Il s’agit de donner la position du HCIM sur les événements qui ont lieu en France où il y eu des actes d’agression contre l’islam. Mais aussi, nous avons remarqué qu’il y a des défenseurs de ces agresseurs contre l’islam. Il s’agit de se mobiliser ensemble pour mettre fin à ces atteintes contre l’islam et son prophète. C’est pour cette raison que le HCIM a lancé cet appel la manifestation ce mercredi 28 octobre 2020, à partir de 14 heures.
Il s’agira pour le HCIM de prouver aux yeux du monde entier, toute l’importance du Prophète pour la communauté musulmane du Mali. Nous prions Allah pour que nous puissions mourir en tant que sympathisants du Prophète (PSL) », a-t-il dit.
À la suite du prêcheur Ousmane TRAORE, le 3e vice-président du HCIM, Mohamed TRAORE, a dénoncé le soutien du président Emmanuel Macron au Pr Paty qui a montré les caricatures du Prophète (PSL) à ses élèves. Aussi, il a invité tous les démembrements du HCIM à Bamako à envoyer au moins 10 délégués à ce rassemble. Selon lui, dès qu’on parle du Prophète, rien ne doit nous empêcher d’être au rendez-vous.
Pour rappel, Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne s’est fait décapiter vendredi 16 octobre par Abdoullah Anzorov, pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet lors d’un de ses cours portant sur la liberté d’expression.
Il y a deux semaines, Recep Tayyip Erdogan avait dénoncé comme une provocation les déclarations de son homologue français sur le «séparatisme islamiste» et la nécessité de «structurer l’islam» en France, alors que l’exécutif présentait son futur projet de loi sur ce thème.
Dans son allocution jeudi 22 octobre, Emmanuel Macron avait notamment promis que la France continuerait de défendre les caricatures.
Depuis, selon l’entourage du président, «les Turcs diffusent une sorte de propagande absurde, par exemple que le président a décidé de projeter les caricatures de Mahomet sur les bâtiments publics».
Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a pour sa part, dénoncé de la part de la Turquie «une volonté d’attiser la haine» contre la France et son président Emmanuel Macron, soulignant que l’ambassadeur sera de retour à Paris «pour consultation», dès ce dimanche.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *