Conseil du district : LE BUDGET PRIMITIF 2015 PASSÉ À LA LOUPE

L’environnement n’est pas des plus favorables. L’Etat malien fait face à l’insécurité grandissante au Nord du pays, à la relance du mécanisme économique national et à la menace d’un terrible  fléau qui met en péril la santé publique mondiale. L’actualité est aussi dominée par la gestion des conflits en Europe et au Moyen-Orient. La situation globale ne favorise guère  les investissements nationaux et internationaux. Voilà le tableau de la conjoncture actuelle dressé à grands traits par le maire de Bamako, Adama Sangaré, lors de l’ouverture hier de la 3ème session ordinaire du Conseil du district. La rencontre qui s’est déroulée dans la salle de conférence de la mairie du District a enregistré la présence des députés, des conseillers et des chefs de services du district de Bamako. L’article 218 de la loi n° 2012-007 portant Code des collectivités territoriales dispose que « le projet de budget est préparé par l’ordonnateur et soumis au vote de l’organe délibérant de la collectivité ». Durant six jours les conseillers du District se pencheront donc sur l’examen du budget primitif 2015 qui fixera les bases de la gestion publique bamakoise pour l’exercice à venir.

adama sangare maire du district bamako

Le projet de budget 2015, a expliqué le maire, vise à améliorer et à consolider les acquis de l’exercice 2014 dans les domaines de la mobilisation des ressources, de l’assainissement, de l’aménagement, de la mobilité urbaine, de la santé et de la lutte contre l’insécurité.  Au cours de la session, les conseillers entreront dans les détails des recettes et des dépenses qui se présentent et pour lesquelles Bamako bénéficiera de l’appui de l’ANICT, du PACUM et des coopérations décentralisées. Adama Sangaré a fait une mention particulière pour la convention de gestion des services de propreté de la ville de Bamako signée par la mairie avec le groupe Ozone environnement et services. L’objet de cette convention porte sur la collecte et l’évacuation des déchets, l’entretien des voies et places publiques. Le maire a formulé l’espoir que la dynamique ainsi déclenchée palliera les insuffisances que tout au long de son mandat la mairie a essayé de corriger avec des moyens inadaptés à l’immensité de la tâche.

Le maire a aussi abordé le thème de la mobilité urbaine qui est toujours préoccupante. L’infléchissement de la courbe des accidents et de l’engorgement des voies pénétrantes reste encore insuffisant. Les actions dans ces domaines doivent donc se poursuivre et se renforcer. C’est pourquoi Adama Sangaré se réjouit de la récente visite du PDG d’Alstom Afrique à la mairie du district de Bamako, visite au cours de laquelle le projet d’une mobilité urbaine performante a été partagé et pour lequel des espoirs sont permis de voir Bamako accompagné dans ses efforts par l’une des entreprises les plus performantes au monde en matière de transport urbain. L’atelier d’opérationnalisation de Bamako horizon 2030 a retenu l’attention des autorités par la pertinence des propositions sur la mobilité et l’aménagement des espaces. Le comité d’organisation du sommet Afrique France y porte d’ailleurs une attention particulière. Le maire du District a enfin indiqué qu’avec les promesses faites par la Chine lors de la récente visite effectuée dans ce pays par le chef de l’Etat, l’espoir existe de faire de Bamako une ville aménagée, équilibrée et agréable à vivre, une métropole économiquement performante et une cité avec une identité collective renforcée.

S. DOUMBIA

SOURCE / ESSOR

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.