Connectivité et haut débit : LARGE CONCERTATION SUR LA MISE EN ŒUVRE DU LARGE BANDE

Choguel Kokalla Maïga ministre economie numerique information communication porte parole gouvernement discours L’amélioration de la connectivité et de l’usage des services haut débit est l’une des priorités du gouvernement figurant dans le « Plan Mali numérique 2020 » qu’il a adopté en 2015. Dans cette optique, l’élaboration d’un schéma stratégique avec des objectifs cibles et des dates de complétion requiert, entre autres, de comprendre les attentes des acteurs des secteurs économiques et du développement (éducation, santé, énergie, agriculture, transport, finances, institutions internationales, etc) ainsi que de la société civile et de la jeunesse. L’adhésion et la contribution de toutes les composantes de la société sont le socle qui permettra au gouvernement de faire des choix répondant aux attentes actuelles et futures et qui permettront au Mali de rejoindre le cercle des pays aux économies et sociétés numériques.

C’est dans ce cadre que le gouvernement, par l’entremise de l’Autorité malienne de régulation des télécommunications/TIC et Postes (AMRTP), a organisé, hier à l’hôtel Radisson Blu, un atelier de lancement de « l’étude sur la stratégie de mise en œuvre du large bande au Mali ». La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Économie numérique, de l’Information et de la Communication, Cheick Oumar Maïga. C’était en présence des directeurs généraux des structures rattachées, du président et des membres du conseil d’administration de l’AMRTP, des directeurs généraux des sociétés de télécommunications et de nombreux invités.

La rencontre visait à sensibiliser l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, ainsi que ceux du développement de l’enjeu que représente pour le Mali cette mutation nécessaire pour intégrer la nouvelle société mondiale ; écouter, consulter et recenser les attentes des divers composantes et acteurs de la façon la plus globale possible tant en terme de services que de qualité et apporter des contributions multisectorielles au schéma stratégique sur l’usage du haut débit au Mali.

L’étude sur la stratégie de mise en œuvre du large bande au Mali pose les jalons du premier axe stratégique sur les six contenus dans le document de la stratégie nationale de développement de l’économie numérique intitulée « Plan Mali numérique 2020 ». Cet axe stratégique est consacré à la généralisation de l’accès aux réseaux et services numériques sur toute l’étendue du territoire national.

Au terme de l’étude, le gouvernement disposera notamment d’un état exhaustif des lieux du secteur et plus particulièrement des services large bande et de la technologie 3G au Mali ; d’un plan stratégique de développement des services large bande au Mali à court, moyen et long termes et d’introduction de la technologie 4G ; de procédures appropriées de cession de la licence 4G ; d’un cahier des charges d’établissement et d’exploitation d’une licence 4G et des lignes directrices sur l’interconnexion des réseaux 4G avec les réseaux existants (2G et 3G).

Ont participé à cet atelier d’un jour, les acteurs économiques, les représentants du gouvernement, des collectivités régionales et communales, de la société civile et des cyber centres. Il y avait aussi les représentants des bailleurs de fonds, des ONGs, des fournisseurs d’accès à Internet, etc. Les participants ont discuté de divers thèmes : « Mali numérique : un défi à relever pour l’avenir », « Mali numérique, défis, enjeux et problématiques de l’e-inclusion », « e-santé, e-éducation, e-gouvernement », « Couverture réseau et Internet en zones rurales », « Service haut débit dans le secteur privé – Production et développement, usage – Formation aux TIC et ressources humaines », « Société civile et attentes de la jeunesse », « Aspect légal, régulation et connectivité, infrastructures ».

Auparavant, à l’ouverture des travaux, le secrétaire général du ministère de l’Économie numérique, de l’Information et de la Communication a rappelé que le développement des TIC a permis l’émergence de beaucoup de pays qui ont compris que c’est un secteur stratégique de développement. Pour ce qui est de notre pays, a souligné Cheick Oumar Maïga, les plus hautes autorités ont décidé de faire aussi du secteur numérique, un des leviers stratégiques de l’économie nationale. Il a assuré que les conclusions et recommandations de l’atelier, serviront de référence au consultant pour la conduite de l’étude et la mise à disposition dans les délais requis des livrables exigés.

M. SIDIBE

 

Source : L’Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *