Concurrence déloyale… La poche de moralité de l’opérateur téléphonique « Orange Mali » trouée ?

C’est le moins qu’on puisse se poser comme question après le scandale de la concurrence déloyale à laquelle la société Orange-Mali  s’est livrée à travers la publicité et la mise en circulation de l’offre « Douba ». L’opérateur a en effet payé cash le prix de son inconséquence. Car pris en flagrant délit de fraude, le régulateur qui ne peut laisser l’acte impuni a infligé une sanction pécuniaire de plus de six milliards de Fcfa payable au Trésor public malien. Au lieu de s’exécuter ou de saisir la cour suprême l’opérateur préfère narguer le régulateur. Toute chose contre laquelle Dr. Choguel Kokalla Maïga s’est élevé pour justifier sa sortie du vendredi dernier.

 siege orange mali aci 2000 hamdallaye bamako

L’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/Tic et des Postes (Amrtp) en décidant de sanctionner l’opérateur fautif estime être dans son rôle parce que le régulateur qu’il est a entre autres missions de veiller à ce qu’il y’ait une concurrence saine et loyale, de veiller aux intérêts du consommateur et de l’État. « Ce qui s’est passé est extrêmement grave pour qu’on se taise la dessus. Orange Mali a fait une tromperie sur la marchandise. Elle a commercialisé « Douba » un produit fixe avec un tarif du mobile justifier que le régulateur inflige une sanction », a expliqué, le premier responsable de l’Amrtp à ses interlocuteurs. Ce n’est pas tout puisque le régulateur n’exclut pas de prendre d’autres mesures à l’encontre du fraudeur.

En violant le cahier de charge, l’opérateur Orange-Mali sait pertinemment qu’il s’expose à de sanctions qui peuvent aller jusqu’au retrait de la licence. Il a violé le cahier de charge. D’ou il faut comprendre les plaintes de son concurrent.

Contre toute attente l’opérateur Orange-Mali continue de défier outrageusement l’autorité de l’Etat. Cela va-t-il perdurer ? Le Trésor public malien créancier du montant de plus de six milliards de Fcfa doit user des voies que la loi lui donne pour entrer en possession de son dû.

Laya DIARRA

SOURCE: Soir de Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.