Concours d’art oratoire : ALI YATTARA DE LA FAST ENLèVE LE 1ER PRIX

L’amphithéâtre 500 de la Faculté de droit privé (FDPRI) a abrité, dimanche dernier, un concours d’art oratoire organisé par l’organisation ARO international, un cabinet de formation spécialisé en art oratoire et la prise de parole en public.

logo devise slogan sommet france afrique mali bamako

Parrainé par Ismaïl Sacko, conseiller à la présidence de la République, la cérémonie s’est déroulée en présence du chef de cabinet du ministère de la Promotion des Investissements et du Secteur privé, Aminatou Touré, du représentant de l’ONG Rotary-Mali, Mamadou Issouf Traoré, du député Amadou Thiam, du doyen de la Faculté de droit privé (FDPRI), Daouda Sacko et du PDG de ARO international Côte d’Ivoire Abdoul Traoré. Ce concours intervient après deux mois de formation sur la langue française et la prise de parole en public à l’intention des étudiants de la FAST, de l’UIG, de la FDPRI, de TECHNOLAB-ISTA, de HETEC et de l’ITA. La compétition mettait en épreuve quatre étudiants parmi plus de 4848 formés. Les concurrents étaient : Kelly Hama Bakary du HETEC, Mariam Magassouba de TECHNOLAB-ISTA, Ali Yattara de la FAST et Yorolosso Benjamin Keita de l’ITA technologie.
L’objectif de ce concours, selon le formateur, Amadou Moussa Coulibaly, et non moins président d’ARO International au Mali, était d’améliorer le talent de chacun des concurrents.
Après les mots de bienvenue du PDG Abdoul Traoré d’ARO international Côte d’Ivoire, les quatre candidats du concours se sont exprimés sur le thème principal intitulé : « Sommet Afrique-France, quel avantage pour la jeunesse malienne ?»
En effet, notre pays a abrité les travaux du 27e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement et en marge duquel plusieurs autres forums ont eu lieu, notamment le Forum de la jeunesse africaine. D’où le choix de la commission d’organisation de ce concours pour cette thématique afin de mettre en exergue les avantages dudit sommet. A l’issue des débats, le jury conduit par le député Amadou Thiam a départagé les candidats. Et c’est l’étudiant Ali Yattara de la Faculté des sciences techniques (FAST) qui est sorti premier de cette compétition, suivi de Kelly Hama Bakary de HETEC. Les 3e et 4e places ont été attribuées respectivement à Mariam Magassouba de Technolab-lab ISTA et Yorolosso Benjamin Keita de l’ITA Technologie. Une formation gratuite à Abidjan a été offerte aux quatre candidats du concours par l’organisation ARO international Groupe.
En félicitant les gagnants, le formateur Amadou Moussa Coulibaly a affirmé que la jeunesse africaine n’est point fautive de ses faiblesses et lacunes. Il a exprimé sa satisfaction de constater que les jeunes étaient avides d’apprendre. « Ce n’est pas le courage qui manque chez les jeunes apprenants, mais c’est la faculté d’expression d’idées sans complexe qui fait défaut », a-t-il estimé. Une remise d’attestation aux jeunes formés a mis fin à la cérémonie.

Sidy Ahamadou Bah

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.