CNJ: bricolage juridique pour un cafouillage assuré?

L’affaire du CNJ Mali continue de faire grand bruit au sein de la jeunesse malienne. Pour trouver une solution à ce problème, le ministre de la Jeunesse et des sports a convoqué une conférence nationale extraordinaire pour le 1er mai à Bougouni. Cette décision du ministre est contestée par certains jeunes qui soutiennent qu’elle viole les textes de leur organisation. Dans un post sur sa page Facebook, le chroniqueur Mohamed Ag ASSORY évoque un bricolage juridique pour un cafouillage assuré au CNJ. Il explique que les textes du CNJ Mali précisent que seul un congrès national a une telle attribution (article 17 du statut du CNJ). ‘’La conférence ne peut juste que remplacer les postes vacants ou les démissionnaires, mais pas mettre en place ou élire un CEN! Cela est anti statutaire’’, expliqué Mohamed AG ASSORY. Face à la décision du ministre, il pose ces questions : qu’est-ce qui explique ce mépris des textes par le Ministre ? Est-ce par ignorance ou par volonté manifeste ? Le Ministre peut-il faire du neuf avec les bonnes vieilles méthodes ? Sachant que le problème de ce pays est la violation continue des textes pour des agendas inavoués ! C’est le sujet de votre Facebookan du jour !

 

Boubacar Koumare : allons à Bougouni. La jeunesse va se retrouver autour de l’essentiel, inch’Allah.
Il n’a pas été dit que la tête de quelqu’un y sera coupée, mais que la jeunesse se parle et aille au-delà des divisions. Après là-bas, chacun sera libre de son commentaire.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare la lettre du ministre est claire, les statuts sont clairs: où sont les interprétations ici ?

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory on ne peut pas être plus royaliste que le roi. Attends seulement de voir ce que le CNJ même décidera à Bougouni. Je ne sais pas pourquoi cette nervosité de certains autour du sujet.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare même le CNJ ne peut aller à l’encontre des textes ! C’est un texte qui fait d’un individu, un ministre! S’il sort des textes, il redevient un individu! C’est aussi simple.

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory comme tu parles des textes, attends de voir ce qui va sortir de la conférence qui doit se pencher sur les textes. Personne ne décidera à la place des jeunes et personne ne peut les défendre mieux qu’eux-mêmes. C’est aussi simple qu’à ça.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare la conférence ne peut, dans la forme, se pencher sur les textes! Les statuts sont clairs.

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory, Hahahahahaha. Wait and see. Frangin ce n’est que ce week-end. Il y a beaucoup d’éléments internes qui te manquent dans cette histoire ; je jure.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare, donc les éléments internes priment sur les textes ? Dis, tu es au sérieux là ?

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory trop parler donne goumin. Laisse bougouni se dérouler dron.
Au Tchad il y avait un texte non, mais la stabilité a primé sur les textes et tu l’as dit. Si la stabilité passe avant les textes, l’unité peut aussi.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare unité et stabilité sont synonymes wa ? Bougouni va se dérouler, tout comme Koutiala et c’est pour revenir l’année prochaine pour autre chose ? Vraiment tu m’étonnes.

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory l’unité va au-delà même de la stabilité mon cher. Je ne tirerai pas les conclusions sur Bougouni comme toi. Je préfère attendre de voir ce qui va s’y passer et apprécier.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare toi tu es dans l’interprétation de ce qui va se passer à Bougouni! Moi je te parle de vice de forme et de fond dans la procédure.

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory toi tu me parles de vice de fond et de forme sans même que l’on y soit. C’est pourquoi je te dis d’attendre de voir ce qui va s’y passer.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare, je ne sais vraiment pas ce que tu ne comprends pas ! Tu as même partagé les lettres en question, il te manque juste les statuts pour comprendre!

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory laisse. J’ai partagé les deux lettres : celle du ministre et du CNJ. Maintenant ce qui va s’y passer, je ne présume rien. Mais toi tu fais un focus sur une lettre en oubliant expressément l’autre.

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory ni la forme ni le fond ne priment sur l’unité. Leurs quintessences se trouvent d’ailleurs autour de l’unité pour défendre l’intérêt de la jeunesse. Nous sommes à un tournant du Mali où il faut sauver les entités pas les textes qui ont fait l’objet de violations répétitives.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare et on continue en voulant violer encore wa ? Mais c’est ce que je te dis.
Issa Aguibou Coulibaly : Mohamed Ag Assory tu vas te fatiguer pour rien. Le sieur Boubacar Koumare
veut te dire noir sur blanc que le CNJ prime sur les textes. Finalement moi je te repose la question, qu’est-ce tu ne veux pas comprendre dans cette histoire ?

Bah EL Presi Thiernis : Koro je te suggère de chercher à connaître la profondeur de cette crise. Pour ton information, le bureau actuel n’a jamais été reconnu par la majorité de la jeunesse en raison de la violation des textes depuis le renouvellement des instances de base au niveau des régions, cercles, communes jusqu’au congrès de Koutiala. Cette violation était occasionnée par l’ancien locataire du ministère de la Jeunesse et des sports et l’ancien président du CNJ Souleymane Satigui SIDIBÉ. Bref la jeunesse qui se dit attachée aux textes aujourd’hui était celle qui acclamait cette violation hier. Enfin je t’informe que depuis 2019 il y’a des bureaux doublons dans presque toutes les régions et cercles en raison de la violation des textes. Bon à savoir.

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.