Chronique du Web : A la découverte de la cyberdépendance

Il y a la médaille, mais il y a aussi le revers de la médaille. Le tout est de savoir associer les deux faces de la même pièce avec intelligence et doigté à son profit et celui de la communauté.

innonvation gouvernement evaluation formation logiciel cyber cafe ordinateur informatique tic

Les nouvelles technologies qui catalysent si heureusement notre vie quotidienne, à telle enseigne que nous avons le sentiment que nous ne serions rien sans elles, représentent pourtant un grave danger pour nous individuellement et collectivement. Leur usage abusif, non maîtrisé et pathologique ont laissé apparaître chez certaines couches un malaise ou carrément une maladie que les savants nomment par le vocable de cyberdépendance.
Dans un article d’une très belle facture que je vous recommande vivement, la Psychologue Dre Marie-Anne Sergerie  écrit : « La cyberdépendance se manifeste par une utilisation récurrente et persistante des technologies ou des moyens de communication en ligne qui entraîne des difficultés sur le plan du fonctionnement social, psychologique, scolaire ou professionnel ainsi qu’un sentiment de détresse significatif chez l’individu » (Caplan, 2002; Young, 1998, 2004; Sergerie, 2014).
https://www.ordrepsy.qc.ca/pdf/Psy_Qc_Mars2014_Dossier04_Sergerie.pdf
La cyberdépendance est un champ d’investigation relativement jeune. Toutefois, au regard de la gravité croissante des problèmes qu’elle occasionne, la cyberdépendance fait de plus en plus l’objet d’intérêt de la part des autorités publiques et de la communauté scientifique dans de nombreux pays.
Selon l’article de la Psychologue québécoise, les types les plus courants de cyberdépendance sont les activités sexuelles en ligne, les jeux en ligne, les transactions en ligne, la recherche d’informations et les cyberrelations (Young, 1999). Selon l’un des rares sites internet adressant la question (http://www.cyberdependance.ca/index.html), les symptômes psychologiques et les conséquences de la cyberdépendance se manifestent par :
–          Sentiment de bien-être, soulagement ou euphorie pendant l’utilisation d’Internet
–          Sentiment de vide, dépression, anxiété, irritabilité hors ligne ou quand l’accès à Internet est impossible
–          Sentiment de culpabilité ou honte face à l’utilisation d’Internet
–          Incapacité à cesser ou à diminuer l’usage d’Internet ou besoin d’augmenter le temps de connexion
–          Diminution de l’intérêt ou du temps consacré aux autres activités hors ligne
–          Altération du niveau de fonctionnement (difficultés relationnelles (relations familiales, amoureuses, professionnelles, etc.), pertes d’emploi, isolement social, etc.)
–          Mensonges à propos de l’utilisation d’Internet (durée, activités en ligne, etc.)
–          Importantes sommes d’argent investies (temps de connexion, gageure, téléchargements excessifs, etc.).
Malheureusement les thérapies, elles-aussi, sont relativement nouvelles et n’offrent, à ce jour, que des solutions expérimentales. C’est le cas de cette Fiche d’auto-observation que vous pouvez télécharger à l’adresse ci-dessous et jauger votre niveau de cyberdépendance : http://www.cyberdependance.ca/ficheusagesinternet.pdf
Nous reviendrons très certainement sur cette problématique dans une de nos prochaines chroniques tant le phénomène est appelé à prendre de l’ampleur avec le développement des technologies, la démocratisation de l’internet et l’essor fabuleux des téléphones intelligents (smartphones).
Serge de MERIDIO

Source: [email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.