Chaine de solidarité en CIV: associations des femmes fortes voit le jour

La Maison du jumelage de Lafiabougou a abrité, le samedi 22 juillet, la cérémonie de lancement de l’Association des femmes fortes de la Commune IV (AFFC4). La cérémonie s’est déroulée en présence de la présidence de l’Association, DIANE Aissata SARR ; de l’ancien ministre Sambel Bana DIALLO ; du parrain Mamadou Kala Djoula DIABATE ; du représentant du maire de la CIV et de plusieurs femmes.

Sambel Bana DIALLO ministre Amenagement territoire population conference centre formation perfectionnement statistique cfp stat

Dans ses mots de bienvenue, le représentant du maire de la commune IV a apprécié l’initiative de la création de cette association. Il a encouragé les femmes à persévérer dans ce chemin pour marquer leur contribution dans le développement de la commune. L’élu communal a indiqué que les femmes ont un rôle important à jouer dans le développement de la cité tout en souhaitant que ce lancement soit suivi par des actions concrètes et constructives.
L’ancien ministre de l’Aménagement du territoire et de la population, Sambel Bana DIALLO, dira que l’association est une organisation qui met en synergie les efforts de tous les membres pour réaliser des buts précis. Il a invité les femmes à se battre pour que leur association occupe une place importante sur l’échiquier associatif de la commune IV.
Le ministre Sambel Bana DIALLO a invité les femmes fortes de la commune IV à s’engager pour leur autonomisation et pour le renforcement des capacités des femmes dans le but d’assurer l’éducation, la scolarisation et la santé de leurs enfants. Il a enfin noté que les femmes sont au début, au milieu et à la fin de toute œuvre tendant à renforcer le développement de la commune et du pays.
La présidente, DIANE Aissata SARR, a affirmé que l’Association des femmes fortes de la commune IV était apolitique, laïque, et à but non lucratif. Selon elle, les femmes de la commune IV, de par leur esprit de solidarité, d’humanisme et du don de soi, ont décidé de la création de cette association.
La présidente a précisé que l’Association des femmes fortes de la commune IV ne veut pas dire celles qui ont la force de battre leur mari, mais plutôt celles qui sont capables de résister au monde extérieur et à elles-mêmes, courageuses et fermes.
Elle a par ailleurs souligné que les objectifs de l’association ont entre autres : créer et consolider la chaine de solidarité entre les femmes et ou les familles par la mise en œuvre des actions communes pour la promotion de la femme, en tissant des relations de coopération avec toute association ou organisation à but similaire, au plan national et international ; promouvoir l’autonomisation, l’épanouissement des femmes et des enfants tant en milieu rural qu’urbain, à travers l’éducation et la formation, l’organisation, la responsabilisation pour le développement des capacités.
Les responsables de l’association des femmes fortes de la commune IV ont saisi l’occasion pour se prononcer sur la révision constitutionnelle, un sujet qui domine actuellement les débats de l’actualité dans notre pays. La doyenne de l’association, TRAORE Maimouna NIARE, a affirmé que les femmes ne maitrisent pas le contenu du texte qui sera soumis au référendum. Avant toute prise de position par leur association, elle a invité les autorités à expliquer le contenu du texte dans les langues nationales du pays. Pour la doyenne de l’Association des femmes fortes de la commune IV, sans cette explication, les femmes sont dans la confusion totale, car certaines apprécient le document et le défendent bec et ongle tandis que d’autres le vilipendent avec tous les sales mots du monde. Elle a enfin imploré le Bon Dieu pour la cohésion sociale dans le pays.

PAR MODIBO KONE

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.