Ces nouveaux prêcheurs jeunes et millionnaires

En général, la vie d’un marabout consiste à mener une existence paisible, loin de toute préoccupation matérialiste et à répandre la parole de Dieu à ceux qui veulent l’entendre. De nos jours au Mali, la nouvelle génération des marabouts a une autre conception de cette activité vieille de plusieurs années.

el hadj bandjougou doumbia precheur islam musulman

Ils sont nombreux à se servir de leurs connaissances occultes pour s’enrichir.

Dans plusieurs des cas, ils ont tendance à empocher dix pour cent des biens de leur congrégation.

Ce  qui leur permet de devenir les heureux propriétaires d’une ribambelle de voitures avec des plaques d’immatriculation personnalisées, d’avoir leur propre entourage et, globalement, de devenir de véritables vedettes nationales.

 

En gros, prêcher la prospérité, au cas où vous ne le sauriez pas, consiste à dire à ses fidèles que l’évolution spirituelle va de paire avec une bonne situation financière.

 

Du coup, les sermons ont plus souvent tendance à vendre des produits qu’ils fabriquent et dont ils ont le secret afin de s’enrichir sur le dos de leurs fidèles.

Ils aiment le chic, ils vivent pour le choc et ils adorent les chèques, ces jeunes marabouts d’aujourd’hui.

D’autres, en plus d’être des thérapeutes, sont devenus des collectionneurs de voitures de luxe.

Ces jeunes marabouts du style de Boucan affirment que Dieu, en personne, leur a filé des pouvoirs leur permettant d’exorciser les démons et de guérir les malades simplement avec les produits qu’ils fabriquent.

Et vu que Dieu a pas mal de succès au Mali, les grands marabouts ne se posent trop de questions sur le sujet.

 

M H

 

Source: Bamako Hebdo

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.