Cellule de communication de la Primature : Makan Koné succède à Casimir Sangala

Makan Koné, Directeur de la publication de «Nouvelle Libération», vient de quitter la présidence de la Maison de la presse du Mali pour investir la direction de la Cellule de communication de la Primature.

Makan Kone directeur  publication  Nouvelle Liberation accord crise malienneL’arrivée d’un nouveau Premier ministre, d’un nouveau gouvernement et sans doute d’une nouvelle gouvernance a rendu nécessaire le changement de casting des cadres chargés de rendre l’action gouvernementale plus visible et plus lisible. Lui et son chef se retrouvent au moins sur un plan : la réconciliation nationale. En effet, si Modibo Kéïta était jusqu’à sa nomination le représentant spécial du président de la République dans le dialogue inter-malien, Makan Koné était membre de la Commission dialogue et réconciliation nationale. Ce qui est augure d’un bon début pour une collaboration fructueuse. Il remplace à ce poste notre confrère Ibrahim Casimir Sangala.

 

 

Ténenkou           

La Minusma encore victime

Le 16 janvier dernier, une attaque menée sur la localité de Tenenkou, région de Mopti, par des éléments armés qui appartiendraient à des groupes terroristes, a fait deux morts dans le rang des soldats maliens. Mais, c’est encore la Minusma qui est victime parce que c’est à elle qu’incombe la sécurisation de cette zone du centre du pays. Surtout que depuis l’offensive des jihadistes dans le secteur, notamment Nampala et Dioura, les soldats onusiens auraient dû prendre l’initiative des offensives. Mais, la Minusma promet néanmoins de prendre les mesures appropriées pour soutenir  les autorités régionales et locales  dans le cadre de son Mandat de protection des populations. Comment ?

 

Kidal

La Minusma dans le viseur des terroristes

Le 17 janvier 2015, peu avant 7 heures, le camp de la Minusma à Kidal a été la cible d’une attaque multiple. Un premier véhicule-suicide a explosé à proximité d’un point de contrôle des casques bleus situé à environ un kilomètre du camp, causant la mort d’un Casque bleu et blessant un autre soldat, tous deux appartenant au contingent tchadien. Un second véhicule a aussitôt été repéré par les casques bleus qui ont ouvert le feu sur lui. Cependant, il est parvenu à se faire exploser à l’une des entrées du camp de la Minusma. Au même moment, ce camp faisait l’objet de tirs à l’arme lourde, probablement des roquettes, dont 2 ont atterri à l’intérieur du camp, causant des dégâts matériels importants.  L’attaque s’est terminée à 7h15. Les traditionnels communiqués de condoléances ont suivi. En attendant un mandat plus musclé pour la Minusma  ?

 

 

Tabankort

La Minusma exhorte les parties à respecter le cessez-le-feu

Suite à des rapports faisant état de tensions aux alentours de Tabankort, région de Gao, la Force de la Minusma a survolé les lieux et a établi  que des groupes armés étaient effectivement en train d’avancer dans la zone, dans la journée du vendredi 16 janvier. La Minusma considère que ce mouvement de groupes armés constitue une violation flagrante du cessez-le-feu et lance un appel ferme aux groupes responsables de cette violation à se conformer strictement à leurs obligations conformément à l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014. Le cessez-le-feu a effectivement été rompu avec les affrontements meurtriers entre la coalition et la plateforme, dimanche dernier, avec les casques bleus comme spectateurs. La Minusma rappelle à toutes les parties qu’elle prendra toutes les mesures nécessaires en vertu du mandat qui lui a été confié dans la résolution 2164 du Conseil  de sécurité sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies pour protéger la population civile et le personnel des Nations Unies. Qui va faire respecter le cessez-le-feu ?

 

Nouveau gouvernement malien

David Gressly de la Minusma salue la nouvelle équipe

L’Officier en charge de la Minusma , David Gressly, adresse ses félicitations chaleureuses au Premier ministre Modibo Kéïta ainsi qu’aux membres du Gouvernement nouvellement formé. Il souhaite plein succès au nouveau Gouvernement  et réitère l’engagement des Nations Unies au Mali à le soutenir entièrement  ainsi que le peuple malien à élever les fondations d’un Mali pacifique et prospère, conformément à son mandat en vertu de la résolution 2164 du Conseil de sécurité. Cependant, ce mandat n’est pas assez belliqueux pour imposer la paix et la prospérité par la lutte armée. Quand finira donc l’hypocrisie ?

 

 

Crise à Ecobank

La banque panafricaine condamnée à verser 7 milliards Fcfa à son ancien directeur

Accusé de malversations, Thierry Tanoh, ancien administrateur de la Société financière internationale, SFI, a occupé le poste de directeur de la banque depuis 2013. Il a été ensuite révoqué avant le terme de son contrat suite à des accusations de malversations de la part de la directrice du groupe, Laurence do Rego, également chargée de la finance et du risque. Le tribunal du commerce d’Abidjan a été saisi par l’ex-employé de la banque panafricaine et a rendu sa décision. Elle condamne Ecobank pour licenciement abusif et lui demande de verser un dédommagement de 7 milliards Fcfa à Thierry Tanoh. La banque n’a pas encore réagi.
Ebola

Fin de cauchemar pour le Mali

Le ministre malien de la santé a indiqué, au cours du Week-end dernier, que l’alerte à l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola est terminée au Mali. Cette déclaration intervient après que les autorités sanitaires ont fait 42 jours sans constater aucun nouveau cas d’Ebola sur le territoire national. Cependant, les populations doivent rester vigilantes et respecter les mesures d’hygiène qui ont permis de circonscrire la maladie au Mali. À ce jour, cette victoire sur Ebola- et elle est de taille- est la seule victoire du président Kéïta depuis son élection. Parviendrait-elle pour autant à faire oublier aux Maliens les nauséeuses affaires d’avion et d’équipements militaires ?

 

Mohamed Ag Mahmoud «Akline»

Décoration de l’impunité

 

Ces derniers temps, les autorités se sont lancées dans une campagne de décorations de certaines personnalités qui ont marqué la scène nationale. Parmi elles, le directeur de l’Agence pour le développement des régions du nord, l’inamovible Mohamed Ag Mahmoud dit Akline. Beaucoup s’étonnent de sa nouvelle médaille de Chevalier de l’Ordre national et trouvent qu’elle est complaisante. Ancien cadre de la rébellion des années 1990, Akline a été récupéré et intégré à la fonction publique nationale par le groupe Alpha Oumar Konaré, avant d’être nommé responsable de la réinsertion socio-économique des ex-combattants touareg, arabes et sédentaires. De CAR-Nord à ADN en passant par du n’importe quoi, l’homme a géré des dizaines de milliards de Fcfa se sont envolées. Sans véritables résultats probants, selon ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir plus travaillé pour son propre enrichissement et celui de ses mentors successifs (AOK et ATT) que pour la réinsertion d’ex-combattants qui ont tôt fait de reprendre les armes et de se battre afin d’avoir les millions qu’on leur avait promis et dont ils n’ont jamais pu voir la couleur. Les mêmes détracteurs accusent le directeur de l’ADN d’être à la base de la création du GATIA, ce groupe d’auto-défense qui fait ombre et contrepoids aux «saigneurs» de guerre Ifoghas, et à cause de qui la violence connaît une recrudescence dans le Nord. Si IBK décore quelqu’un comme Akline, que réserve-t-il donc aux vertueux ?

 La Rédaction

source :  Le Katois

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.