Célébration du 8 mars : Le MTC plaide pour un encadrement juridique du travail des aide-ménagères

Le  Mouvement des Travailleurs  Croyance du Mali (MTC), en partenariat avec le Groupe de Recherche  d’Action  et Droits  de l’Enfant  du Mali (Gradem), a célébré le samedi  7 avril  dernier, la journée internationale dédiée aux femmes. Les responsables dudit mouvement ont passé au peigne fin la situation précaire des aide-ménagères. C’était à la Cathédrale de Bamako.

Le thème de cette journée portait sur: «la femme médiatrice  dans la reconstruction  de la cohésion sociale dans l’espace du G5 Sahel».

«Le mouvement des travailleurs Croyance du Mali est une organisation de promotion et de protection des droits fondamentaux des travailleurs et particulièrement des aide-ménagères. Il a été créé depuis 1985  au Mali, affilié au mouvement  mondial des travailleurs chrétiens  en 1987. Le mouvement des  travailleurs croyance a pour but  la formation, la sensibilisation et l’éducation », a expliqué Sanou  Hortense Dembélé, la  présidente  du MTC.

En se prononçant sur la situation  des travailleurs domestiques, elle dira qu’elle reste gérée sans référence  à la réglementation  en vigueur au Mali.

«Les aide-ménagères travaillent dans des conditions  précaires, pas de limitation du temps de travail, pas de repos hebdomadaire, le salaire est précaire, cela à cause  de leur inorganisation, de leur manque de formation professionnelle et la méconnaissance de leurs droits. Ces enfants, issues de familles pauvres, analphabètes  ou victimes  de la tradition, travaillent  au péril de leurs vies, de leur croissance  et de leur  épanouissement », a déploré la présidente du MTC.

«L’exode rural des jeunes  filles doit  être encadré, organisé et doit offrir une perspective  d’avenir  à  toutes  celles qui s’engagent à être bien formées, donnant des services de qualité, réunies dans une organisation  faîtière avec respect des droits fondamentaux», a préconisé Sanou  Hortense Dembélé.  Qui dira que malgré d’énormes efforts déployés par son mouvement, beaucoup reste à faire pour un travail décent en faveur de ces aide-ménagères. C’est pourquoi,  elle a sollicité le gouvernement malien afin qu’il encadre juridiquement le travail des aides- ménagères.

 Adiarra  Coulibaly

Le Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *