Célébration du 60ème anniversaire de l’Armée Malienne : Sous le signe de l’espoir et de la détermination

20 Janvier 1961-20 janvier 2021, le Mali a célébré hier, mercredi la  60èmeanniversaire de la création de son armée. Pour l’occasion, le Chef suprême des Armées, le Président de la transition s’est adressé au Peuple.

Pour rappel, le dernier soldat de l’armée coloniale française a quitté notre pays un certain 20 janvier 1961. C’est en souvenir de cette date que l’Armée malienne a commémoré, ce mercredi, 20 janvier de ce départ historique.

Faut-il le rappeler, cette fête intervient dans un contexte où le Mali et ses voisins sont durement affectés par le terrorisme avec des centaines de victimes civiles et militaires.

L’année 2020 fut une année d’épreuves et de douleurs par le sang versé des nôtres. Dans les rangs des civils comme des militaires. Dans l’ampleur des attaques comme dans leur amplitude. Au Mali comme au Burkina-Faso. Au Burkina Faso comme au Niger.

Aujourd’hui, il est devenu d’une limpide clarté que le terrorisme est venu pour détruire nos Etats, semer le chaos dans nos villages, dans nos villes, et répandre la désolation dans chacun de nos foyers. Mais nous ne nous laisserons pas devenir un champ de ruines. Nous refusons de saigner plus longtemps..

Dans son discours à l’ occasion de la commémoration du  60ème anniversaire de la création des forces armées maliennes, le Président de la Transition a été très clair  par rapport à la situation sécuritaire  et sanitaire du pays, chaque jour apporte son lot de tristesse et de deuil, avec les attaques terroristes répétées contre nos populations, nos troupes et nos partenaires. Sans parler de la douloureuse et dramatique parenthèse des tensions communautaires au centre du pays, le tout sur fond de crises institutionnelles récurrentes depuis une décennie. Et comment ne pas évoquer ici la grave pandémie de la COVID 19 qui est un autre front de combat pour le Mali et pour le monde’’ ?

Insistant sur l’importance de l’armée au Mali, il ajoute, jamais autant qu’aujourd’hui l’armée n’a été aussi interpellée. Jamais, elle n’a été autant appelée à s’investir de toutes ses forces pour consolider notre nation ébranlée, Jamais autant, l’armée n’a été sollicitée dans le cadre du renforcement de notre cohésion sociale ainsi que du rétablissement des compromis socioéconomiques et culturels que notre peuple a su construire au fil des siècles et des défis’’.

Par ailleurs, le Président de la transition place cet anniversaire sous le signe de l’engagement patriotique de tous les Maliens pour la refondation et la reconstruction d’un nouveau Mali, gage d’un avenir radieux pour notre pays et notre peuple.

Ainsi, concernant le volet défense et sécurité, la Défense Opérationnelle du Territoire, la mise en oeuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, l’amélioration des conditions de travail et de vie des militaires ainsi que le renforcement du partenariat au plan bilatéral et multilatéral sont restés au coeur des actions du gouvernement de la Transition dont : la création d’une Fondation pour la solidarité qui est devenue l’outil de gestion de la politique sociale en faveur des militaires, de leurs familles et de leurs ayants droit ; l’accélération de la réforme du secteur de la sécurité ;  l’assistance aux populations civiles à travers les actions civilo-militaires ; le renforcement des capacités opérationnelles des troupes ; le renforcement du partenariat avec les forces étrangères : Barkhane, EUTM, EUCAP, G5 Sahel, MINUSMA ; le renforcement de l’application stricte du Droit International Humanitaire, la mise en place d’une stratégie de relance du volet défense et sécurité de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger (APR) ;  l’adoption en cours d’une deuxième Loi de programmation militaire (LOPM 2) en vue de consolider les acquis de la première LOPM ; l’acquisition de certains matériels majeurs et la réalisation d’infrastructures prioritaires  et enfin  l’intensification des opérations de lutte contre le terrorisme, de sécurisation et de protection des populations et de leurs biens, explique Président de la transition.

S’agissant du denier public engagé au sein de l’armée, il dira que l’argent dépensé pour l’armée, pour la défense et la sécurité des populations sera justifié au centime près. Les LOPM seront auditées, leurs leçons tirées, et les responsabilités situées.

Optimiste pour l’avenir  du pays, le Président de la transition a conclu en ces termes, j’ai foi en ce pays qui marche vers son destin et qui a tout pour être un pays de progrès, de paix et de prospérité partagée. Nous pouvons rendre le Mali aussi grand qu’il fut. Et nous devons le faire, sans plus attendre, ici et maintenant’’.

Bréhima DIALLO

Source: Journal Le 22 Septembre- Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *