Bank of africa Mali (BOA-Mali) : Le DG Abdalah Ikched sourd aux doléances du comité syndical

Après deux sit-in, les 18 et 19 avril derniers, le comité syndical de la Bank of Africa Mali (BOA) dirigé par Daouda Sow entend mener d’autres actions syndicales conformément à la législation jusqu’à la satisfaction  de ses 13 points de revendications. Pour le syndicat, pas question de fléchir tant que le Directeur général de la BOA-Mali,  Abdalah Ikched qui, depuis le mois de janvier dernier, reste sourd à leur sollicitation, n’accepte pas des négociations pour un accord autour du cahier des charges. Une situation qui menace dangereusement la banque, dont la gestion de l’actuel directoire n’est pas sans reproche.

 

En quittant N’Golonina pour venir s’implanter au cœur du quartier des affaires de l’ACI 2000, la Direction générale de la BOA-Mali était bien partie pour franchir un palier supplémentaire dans le secteur bancaire malien. Ce groupe bancaire né  et grandi au Mali avant d’être absorbé par la BMCE du Maroc est aujourd’hui l’un des grands groupes du secteur bancaire sur le continent. La BOA-Mali a, au cours des dernières années, beaucoup progressé en termes de performances enregistrées. Elle a été la première entreprise malienne cotée à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan. Une opération qui a été un succès total. Cette entrée sur le marché financier sous-régional est le signe d’une bonne gouvernance et impose une obligation de transparence et de publication des données afin que les investisseurs puissent avoir des informations claires et précises sur l’établissement.

Aussi, il n’y a pas si longtemps, la banque s’est hissée en tête en terme de financement de l’économie malienne.

Mais aujourd’hui, au vu de ce qui se passe dans l’établissement, tout porte à croire que ces efforts consentis par les précédents directeurs généraux risquent de tomber à l’eau à cause de l’attitude de l’actuel patron de la banque, qui semble avoir opté pour une gouvernance solitaire en mettant à l’écart une bonne partie du personnel, notamment malien, qui a pourtant contribué à faire de cette banque ce qu’elle est aujourd’hui.

Ce personnel malien frustré ne demande qu’à être traité sur le même pied d’égalité que leurs collègues des autres filiales du groupe BMCE Bank of Africa en termes de salaire et des avantages liés à la profession. Une assemblée générale des travailleurs doit se tenir, dans les jours à venir, pour décider des futures actions syndicales à mener.

Y. CAMARA

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *