Au fil de la presse : Dans l’Essor du 09 Juin 2016, le confrère écrit

’Le Mali qui est actuellement en pleine transition démographique doit réfléchir à la manière d’assurer aux personnes âgées un vieillissement réussi et épanoui, c’est-à-dire un « vieillissement actif ».’’

journal papier presse

Si le Mali assurait déjà aux jeunes, une jeunesse réussie et épanouie, le problème ne se poserait pas aux personnes âgées

Toujours dans l’Essor du 09 Juin 2016, C. A Dia  écrit

‘’Le débit est l’élément clé de la vie des cours d’eau et la clef de voûte du fonctionnement des hydro systèmes. Il faut donc situer les débits nécessaires pour un delta vivant.’’

Sûr que le confrère lui-même ne comprend rien en ce qu’il écrit…

Dans l’indépendant du 09 juin 2016, Mohamed kimbiri écrit

‘’Le jeûne du mois de Ramadan est une obligation qui incombe à tout assujetti (mukallaf). Il a été prescrit pendant le mois de Sha’bân de l’an 2 de l’Hégire.

Comme nous l’avons mentionné plus haut, son caractère obligatoire est affirmé par le Coran la Sunna et le consensus.’’

Vous n’apprenez rien… à personne ! Chut !

Toujours dans l’indépendant du 09 juin 2016, Mohamed kimbiri écrit

‘’Contrairement aux autres pratiques culturelles, le jeûne empêche le fidèle de s’abonner à ses passions sensuelles, comme il l’empêche de manger et de boire. De ce fait, le jeûne engendre la piété, car celui qui l’observe s’écarte des péchés et ne viole pas les interdits.’’

Rien à apprendre dans ça aussi !

Encore dans l’indépendant du 09 juin 2016, Mohamed kimbiri écrit

‘’Le jeûne est une pratique dont seul Dieu connaît la réalité.’’

Alors taisez-vous !

Dans les Echos du 09 juin 2016, David Dembélé écrit                  

‘’Le scandale des « Panama Papers », soulevé par le Consortium International du Jounalisme d’Investigation (ICIJ) et le journal allemand Suddeutsche Zeitung, qui secoue la planète depuis début avril 2016 touche également ceux que d’aucun appellent les « intouchables » de Bamako (eu égard à leurs accointance avec les régimes politiques successifs du Mali. La famille Achcar, naguère conduite  par le patriarche Gérard, est au cœur du scandale. Dans le petit pays d’Amérique centrale, la famille Achacar s’attache les services du cabinet d’avocats, Mossack Fonseca, pour faire prospérer ses affaires, bien loin des regards du fisc malien.’’

Il a bien vu, Balzac, quand il disait : ‘’pour vivre heureux, il faut être malhonnête’’.

Toujours dans les Echos du 09 juin 2016, David Dembélé écrit  

‘’C’est à Bamako que la redoutable famille Achcar a fait ses armes. Arrivé au Mali dans les années 1930, Gérard comme la plupart des Libanais ayant migré dans l’ex-Soudan français pour faire fortune, avait des ambitions certainement autres.

Parti sur de petites activités de négoce, l’homme a légué un empire financier à ses héritiers. Ses unités industrielles au Mali, regroupées au sein de la faîtière « Groupe Achcar Mali industries (AMI) », emploient mille salariés et roulent sur un chiffre d’affaires d’une cinquantaine de milliards de FCFA.’’

Allah Akbar !

Boubacar Sankaré

 

Source: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *