Assemblée de l’AANOA : UNE CHAîNE DE TRANSMISSION DES VALEURS OLYMPIQUES

 

keita aminata maiga premiere dame epouse femme Ridha Layouni president association academies nationale olympique afrique aanoaL’Assemblée générale évaluative de l’Associations des académies nationales olympiques d’Afriques (AANOA) et la 2è session des académies nationales olympiques d’Afriques se sont déroulées à Bamako la semaine dernière. Créée lors de l’assemblée constitutive tenue du 10 au 13 décembre 2008 à Tunis, l’AANOA regroupe 31 académies nationales olympiques sur les 38 que compte le continent. L’objectif de l’AANOA est le développement de l’olympisme, la promotion et la diffusion des valeurs olympiques en Afrique. Pour cette Assemblée générale évaluative de l’Association des académies nationales olympiques d’Afriques (AANOA) et la 2è session des académies nationales olympiques d’Afriques, 14 pays étaient présents. Il s’agit de l’Algérie, de l’Angola, du Cameroun, de la Centrafrique, de la Côte d’Ivoire, du Kenya, du Lesotho, du Mali, de l’Ile Maurice, du Niger, de la Somalie, du Tchad, du Togo, et de la Tunisie. La 2è session des ANO’s d’Afrique avait pour thème «ANO’s d’Afrique, olympisme et éducation olympique». Cette grande rencontre de l’olympisme africain a permis aux académies présentes à Bamako de traiter des questions liées aux acquis réalisés par les ANO’s d’Afrique tant sur le plan statutaire que sur le plan des activités, d’aborder des sujets liés aux difficultés qu’elles rencontrent et de réfléchir sur les perspectives de réalisation des objectifs visés. La rencontre a aussi offert une opportunité pour l’échange d’expérience, l’enrichissement du savoir-faire et le renforcement des relations entre les responsables des ANO’s d’Afrique. La cérémonie d’ouverture qui s’est déroulée à l’hôtel Salam, était présidée par le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo, en présence de plusieurs personnalités dont le président de l’Association des académies nationales olympiques d’Afrique, le Tunisien Ridha Layouni, la première Dame du Mali, présidente de l’académie nationale olympique du Mali et vice-présidente de l’AANOA, Madame Keïta Aminata Maïga, le président de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), l’intendant général, Lassana Palenfo et le président du Comité national olympique et sportif du Mali (CNOS), Habib Sissoko. Dans son allocution d’ouverture, le patron de l’olympisme malien dira que le rendez-vous de Bamako veut faire d’une pierre deux coups : le contrôle de la gouvernance de l’exécutif de l’AANOA et l’approfondissement du débat sur les Académies nationales olympiques, «cette formidable chaîne de transmission des valeurs de l’olympisme». «Je suis sensible au fait que, par la tenue de cette assemblée générale, vous êtes en conformité avec vos statuts. Ainsi vous passerez en revue les activités que votre association a menées en votre nom et je forme le vœu que la réunion de Bamako marque une étage significative dans le développement de l’olympisme africain », ajoutera Habib Sissoko. «A présent, insistera le président du CNOS, il ne s’agit plus de se battre pour la survie de l’idéal olympique dans le monde, comme c’était le cas il y a des décennies. L’olympisme fait aujourd’hui partie du corpus social du monde. Il fait partie de la compréhension et de la solution aux problèmes de l’humanité. Il importe de rappeler que le mouvement olympique est un mouvement éducatif dont l’éthique est un facteur de développement de valeurs humaines de tolérance, de solidarité, d’amitié, de non-discrimination et de respect d’autrui. Les ANO (Académies nationales olympiques, ndlr) assurent l’enseignement de l’olympisme et la promotion des idéaux de ce dernier. Je suis persuadé que la 2è session de nos ANO, dans la perspective de l’évolution du mouvement olympique et de l’éducation de la jeunesse africaine, saura privilégier l’action et l’exemple. La pratique autour des notions de respect, d’excellence et d’amitié sera au cœur des comportements individuel et collectif», conclura Habib Sissoko qui n’oubliera pas de témoigner sa reconnaissance à la première Dame, Mme Keïta Aminata Maïga, au président de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), l’intendant général, Lassana Palenfo et au président de l’Association des académies nationales olympiques d’Afriques (AANOA), le Tunisien, Ridha Layouni. «Les ANO’s d’Afrique présents à cette manifestation sont en train d’écrire l’histoire en accédant à une nouvelle étape du mouvement olympique africain, renchérira le premier responsable de l’AANOA du continent. Cet acquis n’a été possible que grâce à la détermination de l’AANOA et des ANO’s d’Afrique, appuyées par leurs CNO’s et par ACNOA», soulignera Ridha Layouni avant d’exprimer sa gratitude aux plus hautes autorités du Mali notamment au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta pour avoir accepté d’abriter la rencontre. «Nous avons la ferme intention de continuer sur cette voie et d’œuvrer au renforcement de l’olympisme et des valeurs olympiques en Afrique, dira Ridha Layouni. Cette réunion du Mali doit constituer une étape supplémentaire pour la promotion et la diffusion des valeurs olympiques en Afriques». Quant au président de l’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), l’intendant général Lassana Palenfo, il s’est dit fier et honoré que l’Association des académies nationales olympiques d’Afrique ait pu et su initier cette deuxième rencontre «à la fois innovante et pragmatique, source d’échanges autour de préoccupations actuelles, de l’éducation olympique sur le continent». «Les différents thèmes qui structurent les débats de ces jours, poursuivra Lassana Palenfo, témoignent de cette permanente aspiration de mettre le sport au service de l’éducation et des connaissances dans l’esprit de l’agenda olympique du CIO». Dans son discours de clôture, Mme Keïta Aminata Maïga insistera également sur l’importance de la rencontre notamment pour la jeunesse. «Je suis très heureuse de recevoir dans mon pays le forum continental sur l’olympisme. En réalité, je ne reçois pas l’AANOA au Mali, je la représente ici et je me sens appartenir profondément à cette association», dira la vice-présidente de l’AANOA. «Nous devons être sensibles à la chance que nous avons eu d’avoir pris part à l’assemblée générale évaluative 2016 de l’AANOA et à la 2è session des académie nationales olympiques d’Afrique, plaidera Mme Keïta Aminata Maïga. Pour ma part je manifeste beaucoup de joie et les images de notre rencontre resteront des points lumineux sur le tableau de l’histoire de notre association. En retenant comme point d’ancrage le thème de «l’Education olympique», nos échanges fructueux ont révélé notre préoccupation première, à savoir la vocation de notre association qui demeure l’éducation de la jeunesse africaine. L’éducation olympique, véhicule des messages sociaux, humanistes et culturels, sert de fondement à l’éducation sociale. Nous avons obligation d’intervenir dans la construction de la nouvelle personnalité. Les recommandations de la session de Bamako, centrées sur les valeurs éducatives et citoyennes du sport, sur l’adhésion à l’agenda 2020 du CIO et sur la recherche de l’autonomisation des ANO, donnes force à ces idées et à ces postures et je vous félicite», ajoutera la présidente de l’académie nationale olympique du Mali avant d’adresser ses remerciements à l’ensemble des participants à la rencontre et à tous ceux qui ont contribué à sa réussite.

L. M. DIABY

Source : L’ Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *