Assassinat de Dr. Youssouf Mallé, DTC de Boura : Un an après, la lumière n’est pas toujours pas faite sur le crime

Le mardi, 19 janvier 2021, le Directeur Technique du Centre de Santé du village de Boura, Dr. Youssouf Mallé, a été assassiné. Cet assassinat a provoqué la colère et l’indignation dans le monde des blouses blanches.  Le Conseil national de l’Ordre des médecins du Mali (Cnom) avait «condamné avec la dernière rigueur le lâche assassinat de Dr. Youssouf Mallé et exigé l’ouverture d’une enquête». C’était le jeudi, 21 janvier 2021 lors d’un point de presse. Une année après, la lumière n’est toujours pas faite sur le crime.

 

 

19 janvier 2021-19 janvier 2022, cela fait une année, jour pour jour, que Dr. Youssouf Mallé,  Directeur Technique du Centre de Santé a été assassiné dans le village de Boura, situé dans le cercle de Yorosso. Un assassinat qui a provoqué l’indignation de tout le personnel de santé du pays. Pour manifester cette colère, des marches pacifiques avaient été organisées par les agents de santé dans plusieurs localités du pays.

Dans la foulée, le Conseil national de l’Ordre des médecins du Mali (Cnom) a organisé une conférence de presse le jeudi, 21 janvier 2021, pour « condamner avec la dernière rigueur le lâche assassinat de Dr. Youssouf Mallé et exigé l’ouverture d’une enquête».

À Bougouni, les agents de santé ont battu le pavé le mardi, 26 janvier 2021 pour manifester leur indignation contre cet ignoble acte. Une marche qui s’est terminée par la remise d’un mémorandum au Général Kéba Sangaré, le gouverneur.

À Bamako, la plateforme des syndicats de la santé du Mali,  PLA.S.S.MA,  a condamné l’acte dans un communiqué. «La PLASSMA a appris avec beaucoup de tristesse l’assassinat barbare le 19/01/2021 de notre collègue Mallé du CSCOM de Bourra, district sanitaire de Sikasso, dans l’exercice de ses fonctions après plus de 10 ans de services rendus à la population dans des conditions difficiles. Nous condamnons avec la dernière rigueur cet assassinat irresponsable et lâche, présentons nos condoléances les plus attristées à sa famille et souhaitons que l’âme de ce brave soldat de la santé communautaire repose en paix. Nous demandons aux autorités de faire toute la lumière sur cette affaire, que les responsables soient punis à la hauteur du crime. Nous invitons les autorités à prendre toutes les dispositions pour la sécurisation des agents de santé dans l’exercice de leur fonction », pouvait-on lire dans le communiqué.

Bref, les agents de santé se sont mobilisés à travers le pays pour montrer leur colère contre des assassinats dont ils sont victimes dans l’exercice de leur profession.

Une année après, la lumière n’est pas toujours faite sur cet assassinat. Selon les confrères de Studio Tamani, l’enquête serait en cours au tribunal de Yorosso. Des suspects ont été mis aux arrêts. Le CSCOM, dont le défunt était le responsable, a rouvert le 03 janvier dernier, après près d’un an de fermeture. L’Ordre des médecins du Mali demande aux autorités de mettre tout en œuvre pour que les auteurs de cet assassinat puissent répondre de leurs actes.

Fabrice Abdoul

 

Source : Plume Libre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.