APRES SA FIN DE CABALE Le terroriste Ali Ag Wadoussène risque l’extradition vers la France

Avec son évasion rocambolesque, Ali Ag Wadoussène a fini de démontrer qu’il est un prisonnier encombrant pour le Mali. Mais il n’en fait qu’à sa tête parce que pour avoir enlevé deux ressortissants Français dont l’un est mort, il risque l’extradition vers la
France oùil sera en lieu sûr pour les besoins de l’enquête.

 

 

Mohamed Ali Ag Wadoussene touareg islamiste terroriste mujao evade fuir voleur bandis prison arrete blesse violence

 

Lors de l’interpellation ayant mis fin à sa cabale, Ali Ag Wadoussène a encore prouvé qu’il est un vrai candidat à l’attentat suicide car non seulement il a usé de son arme pour riposter face à des assaillants qui, à coup sûr, ne lui laissent aucune chance de liberté, mais il a encore voulu mourir plutôt que de se rendre, en mettant le feu à la chambre qu’il occupait. C’est certainement ce feu qui a calciné le corps de sa compagne, une fille dont la beauté a été couronnée parce qu’elle fut Miss Kidal, selon des témoignages recueillis sur place.
Rappelons que lors de son arrestation en 2011 par une section spéciale de la Sécurité d’Etat commandée à l’époque par le colonel Malamine Konaré (fils de l’ex-Président Alpha Oumar Konaré), Ali Ag Wassoudène a failli se tuer en essayant de dégoupiller une grenade.
Heureusement que les limiers de la Sécurité d’Etat ont été vigilants pour l’en empêcher. C’est le lieu de féliciter encore une fois les éléments de la Sécurité d’Etat qui viennent de faire preuve d’un grand professionnalisme dans la traque de ce bandit de grand chemin. Il leur a échappé de justesse à Sébénicoro où une planque était faite autour de la villa où il avait trouvé refuge. Mais ils ont pu, grâce à leur perspicacité, connaître le numéro de téléphone de sa copine et de tous ses proches pour écouter leurs communications afin de mieux orienter les recherches.
Lors de l’interpellation du terroriste à l’Immeuble Badjélika, pour mettre fin à sa cabale, les éléments de la Sécurité d’Etat et de la Gendarmerie nationale ont risqué leur vie pour sacrifier à un devoir. Autant nous critiquons les forces armées et de sécurité lorsqu’il y a défaillance de leur part comme à Kidal, autant nous sommes prompts à leur décerner un beau coup de chapeau à l’occasion de bonnes performances, comme celle-ci. N’en déplaise au Général Sada Samaké qui s’est empressé de tenter une récupération politicienne de cette affaire.
Reste maintenant à savoir ce qu’on fera de ce terroriste très dangereux et qui bénéficie d’un immense réseau de soutien et de complicité, comme en témoignent les 15 millions de FCFA qu’il a reçus de son oncle depuis la Côte d’Ivoire pour préparer son évasion et les deux envois de fonds de 500 000 FCFA chacun, provenant de sa soeur au Burkina Faso.
Selon une source judiciaire, la France serait en droit de réclamer son extradition pour le mettre en lieu sûr parce qu’il est une pièce-maîtresse de l’enquête sur l’enlèvement des deux Français, Serge Lazarevic et Henry Verdon. Le dernier est mort et son acolyte est resté entre les mains de ses ravisseurs. Rappelons que c’est Ali Ag Wadoussène qui les avait enlevés avec deux autres complices, à Hombori, pour les « vendre», comme on le dit chez ces sauvages de terroristes du Sahara.
Raison pour laquelle, il y a une très forte probabilité que la France demande son extradition. Evidemment, la seule question qui se posera sera la faisabilité d’une telle opération au plan judiciaire et administratif, mais pas matériel.
A.D.

 
Sphinx

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.