ALIOUNE GUEYE, PRESIDENT DU RENAJEM : “Travaillons à faire émerger un leadership féminin”

Le Réseau national de la jeunesse du Mali (Renajem) a organisé, les 23 et 24 novembre 2019, à Ségou la 4e édition du Forum national de la jeune fille. Le thème cette année était : “Problématique du bien-être, des VBG et de l’insertion socio-économique des files déplacées : cas des filles domestiques”. L’objectif était d’attirer l’attention des plus hautes autorités et des PTF sur la problématique des violences basées sur le genre (VBG) dans notre pays.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant, et de la Famille, Dr. Aïssata K. Traoré, en présence du maire de la Commune urbaine de Ségou, Nouhoum Diarra, et du président du conseil d’administration du Réseau national de la jeunesse du Mali (Renajem), Alioune Guèye.

Le Renajem est une fédération de 215 organisations et mouvements de jeunesse, couvrant toutes les régions administratives du Mali, une trentaine de cercles et plus de 300 communes de notre pays.

Depuis, 2015, fidèle à son engagement pour le développement du Mali par une jeunesse responsable et consciente, engagée et débout, solidaire et crédible, le Renajem a décidé de célébrer et de faire célébrer la jeune fille, couche sociale fragile, mais ô combien essentielle pour le devenir et l’avenir de l’humanité à travers l’organisation duForum national de la jeune fille dont la 4e édition s’est tenue les 23 et 24 novembre derniers dans la Cité des Balanzans.

Le maire de la Commune urbaine de Ségou, Nouhoum Diarra, a remercié les organisateurs du Forum national de la jeune fille pour le choix porté sur sa commune. A l’en croire, la promotion et la protectiondes jeunes filles et leurs droits à la santé de la reproduction, notamment les filles domestiques, restent des préoccupations majeures pour lesquelles des solutions doivent être trouvées.

Selon le président du conseil d’administration du Renajem, Alioune Guèye, ce forum permettra, non seulement d’attirer l’attention des autorités, des décideurs sur le problème d’inégalités, de violences, de violations et même de privations des droits essentiels des jeunes filles notamment les filles déplacées et les domestiques mais aussi de mobiliser tous les acteurs : communautés, société civile, partenaires, leaders d’opinions, autorités traditionnelles et religieuses ainsi que les jeunes filles elles-mêmes pour les solutions et actions afin d’inverser les tendances négatives.

Il a salué les efforts du gouvernement pour l’autonomisation de la femme et par ricochet de la jeune fille avec l’adoption et la ratification de plusieurs lois et conventions notamment la loi sur santé de la reproduction, la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) de 1979 et la Charte africaine de la jeunesse tout en appelant les jeunes filles à la mobilisation pour retrouver toute leur place dans la société.

“Nous lançons un appel pressant à la jeunesse féminine du Mali, à se mobiliser, dans l’unité, la discipline et de façon altruiste pour que triomphe le Mali de nos rêves, pour plus de paix, de démocratie, de solidité, de cohésion sociale, de stabilité politique, de développement durable et de justice sociale. Nous devons travailler à faire émerger un leadership féminin au Mali”, a-t-il déclaré.

Alioune Guèye a réaffirmé le soutien indéfectible du Renajem aux Forces armées du Mali dans leur lutte contre le terrorisme dans notre pays avant de remercier le ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille et les partenaires techniques et financiers pour leur soutien au Réseau.

Le ministre de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, Dr. Aissata K. Traoré a insisté sur l’importance de ce forum, qui, selon elle, cadre avec les objectifs de son département. “Ce forum est à la fois un appel et une interpellation à plus de regards vers ces couches vulnérables exposées aux violences basées sur le genre qui entravent leur éducation, leur santé et leur épanouissement. Les recommandations de ce forum feront l’objet d’une attention particulière de mon département”, ajoute-t-elle.

DrAissata K. Traoré s’est engagée à renforcer les liens de collaboration entre son département et le Réseau national de la jeunesse du Mali. Lire la suite sur aumali…

 

 

Abdrahamane Diamouténé

 

Source: l’indicateur du renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *