Acculé dans un conflit foncier avec les populations de Marakodougou : Bakary Togola tente de se cacher derrière le RPM !

Voyant ses marges de manœuvre réduites dans le conflit foncier qui l’oppose aux populations de Marakodougou, Bakary Togola vient de trouver  ce qui parait à ses yeux la potion qui pourra lui permettre d’exproprier les populations de leurs 300 hectares de terres cultivables sans avoir à s’inquiéter : Sans honte, il a déclaré que lui-même est militant du RPM  depuis 2002. Histoire de se cacher derrière le Parti présidentiel pour échapper à une descente musclée du ministre de la Justice sur le terrain, afin de tirer au clair cette affaire qui l’accable.

 bakary togola président apcam champ verge

Depuis quelques semaines, le tout puissant président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola  ne dort plus que d’un œil.

Habitué à tout gérer par les moyens financiers dont il dispose sur le dos des organisations paysannes du Mali, il vient de se rendre compte que l’argent ne peut pas tout gérer.

Pour rappel, c’est en 2010 que Bakary Togola, sur le conseil de certains de ces nombreux « coxeurs » dont la mission est de  négocier pour lui des terres dans les environs de Bamako, est rentré en contact avec le chef de village de Massako, Balla Traoré, qui lui a vendu des terres qui ne lui appartiennent pas.

Selon des sources locales, Bakary Togola aurait acquis ces 300 hectares de terre à  48 millions de FCFA. Une somme coquette qui a permis au chef  et à sa famille de mener la belle vie durant un temps.

Mais très vite, l’affaire va commencer à faire grand bruit, à cause des travaux qu’il va entreprendre pour montrer sa propriété sur ces terres : des grillages pour entourer les terres barrant les pistes rurales de relais entre les villages de cette localité, le non accès des populations à la rivière, le payement  par les éleveurs de 20.000 F par tête d’animal qui franchit ces terres…

Face à cette situation, Bakary Togola va commencer à  recevoir  des plaintes de la population locale. Ce qui va le conduire à louer les services de la gendarmerie pour sécuriser les travailleurs de son « champ ». A l’époque, c’était sous l’ancien président Amadou Toumani Touré, et Bakary Togola, 4ème vice-président du PDES, parti dit des héritiers d’ATT n’avait rien à craindre.

Mais les populations ne vont pas se décourager pour autant, décidées coûte que coûte à gagner ce bras de fer que Bakary Togola a décidé de mener contre une localité composée de villages et qui bénéficie du soutien de 200 autres villages dont les activités principales des populations sont l’agriculture et l’élevage.

C’est ainsi que les populations vont saisir les autorités administratives locales sur la question. En vain. Avant d’intenter un procès contre Bakary Togola au tribunal de Wéléssébougou.

Selon nos sources, malgré les nombreuses tentatives de le corrompre, le juge  de Dramane Diarra va trancher cette affaire au profit des populations de Marakodougou.

Face à l’insistance de Bakary Togola, les populations ont décidé de saisir l’Assemblée nationale sur le dossier. Car, un des leurs est devenu député à l’Assemblée nationale. Il s’agit de l’honorable Bourama Tidiane Traoré. Lequel va décider de mener ce combat jusqu’au bout.

D’abord, il informe les députés du RPM, lors de leurs réunions hebdomadaires du mercredi de ce qui se passe à Marakodougou. Séance tenante, ceux-ci après avoir jugé cette situation inacceptable, vont déléguer une commission de cinq députés qui vont se rendre sur le site. Après une première visite sur le site le 20 juillet dernier et après avoir écouté les populations, les députés ont décidé de rencontrer Bakary Togola avec la recommandation forte de la population qui est le déguerpissement pur et simple de ce dernier de leurs terres cultivables.

Ensuite, les quatorze (14) sous-sections de la section III RPM de Kati vont se mêler à la danse pour soutenir l’honorable Bourama Tidiane Traoré dans cette lutte noble contre le spéculateur foncier  invétéré, Bakary Togola.

Pour tenter de contrecarrer cette initiative, Bakary Togola qui se voit aculé à tous les niveaux, a décidé de se réclamer du parti présidentiel afin d’échapper à une descente musclée du ministre de la Justice, Me Mohamed Aly Bathily qui, depuis un certain temps, se rend souvent sur le terrain litigieux pour  prendre la décision qui s’impose.

Seulement, le hic qui fait tilt, c’est que tout le monde sait de  Bakary Togola qu’il est le 4ème vice président du Parti pour le Développement Economique et la Solidarité (PDES). Et que personne n’a entendu qu’il a quitté ce parti, ou encore qu’il milite dans une quelconque section ou section du RPM. Raison pour laquelle, sa déclaration d’appartenance au parti présidentiel a surpris plus d’un, même au niveau du RPM.

Seulement, comme à ses habitudes, Bakary Togola essaye de se ranger du coté du pouvoir pour espérer bénéficier d’une protection.

Face à cette situation, l’honorable Bourama Tidiane Traoré que nous avons rencontré se dit déterminé à mener cette lutte jusqu’à la victoire des populations de Marakodougou qui lui ont porté leur confiance.  Et pour ce faire, il a déjà saisi le ministre de la Justice de la question.

Affaire suivre.

D. J. D

SOURCE: Canard Déchainé  du   27 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.