5ème session de la SMCL/PAIMEP 2015 : une année cruciale !

Avec la stabilisation reconquise grâce au concours de tous les dignes fils du Mali, le Projet d’Appui Institutionnel au Ministère en charge de l’Elevage et de la Pêche (PAIMEP), a tenu le 2 mars sa 5ème session de la Structure Mixte de Concertation Locale.  2015, s’avère une année cruciale pour relever de nombreux défis.

Après une année de fonctionnement normal, depuis son démarrage en 2012, le Projet d’Appui Institutionnel au Ministère en charge de l’Elevage et de la Pêche (PAIMEP) a tenu le 2 mars à la DAF de l’Agriculture, sa 5ème session de la Structure Mixte de Concertation Locale (SMCL). Il s’agissait au cours de ladite session de faire le point des réalisations de 2014 et les perspectives de 2015.

Essentiellement, deux allocutions ont marqué la cérémonie d’ouverture de ladite session. La première était celle de Dr Saidou Tembely, Conseiller  Technique au Ministère du Développement Rural. La seconde de M. Patrick Gaudissart non moins représentant résident de l’Agence Belge de Développement (CTB). C’était en présence du Coordinateur du Projet Dr. Mamadou D. Coulibaly et plusieurs membres de la S.M.C.L.

Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour. Entre autres le suivi des décisions de la S.M.C.L du 21 mars 2014 ; le cadre logique du PAIMEP actualisé par le comité ad hoc ; le dispositif et  le mécanisme de suivi-évaluation du projet ; le projet de révision budgétaire le rapport de résultats 2014 et celui de l’exécution budgétaire .

Selon M. Patrick Gaudissart, « L’année qui s’ouvre sera cruciale et déterminante pour l’atteinte des objectifs du projet. Les activités majeures entamées en 2014 devront être finalisées d’ici au mois de décembre », s’est-il persuadé. A l’en croire, au-delà de la finalisation des études majeures, l’année 2015 sera en partie consacrée à l’élaboration et à la mise en œuvre des plans d’actions des conclusions et recommandations issues des études.

Dans son intervention, Dr Tembély, a mis un accès particulier sur l’importance du sous secteur del’ élevage et de la pêche dans notre pays. Cependant, il a eu à déplorer la faible contribution des deux sous secteurs à l’Economie nationale soit environ un taux de 11% pour l’élevage et 4% pour la pêche.

Ainsi,c’est pour palier à cette situation que le Département de tutelle entend améliorer la gouvernance des deux sous secteurs. Ses principaux mandats sont l’Appui à l’Elaboration de Documents de Politique et de Stratégie,

Le Projet d’Appui Institutionnel du Ministère de l’Elevage et de la Pêche (PAI MEP) a démarré en 2012, sur un don du Royaume de Belgique pour le développement du sous secteur élevage et pêche. Après son démarrage en mars 2012, il a fait l’objet d’une suspension de plus d’une année, suite aux événements du mois de mars 2012 avant de redémarrer en juin 2013.

Rappelons que l’année 2014 est la seule où le projet a fait preuve d’un fonctionnement en plein temps. Toute chose qui expliquerait, la stabilité peu à peu reconquise, grâce au dévouement et à la détermination des plus hautes autorités maliennes.

Mountaga DIAKITE

Source: Le Débat
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.